Accéder au contenu principal
Thaïlande

Thaïlande: la junte autorise Yingluck Shinawatra à voyager

L'ancienne Premier ministre thaïlandaise, Yingluck Shinawatra, le 7 mai 2014, à Bangkok.
L'ancienne Premier ministre thaïlandaise, Yingluck Shinawatra, le 7 mai 2014, à Bangkok. REUTERS/Chaiwat Subprasom/Files
Texte par : RFI Suivre
2 mn

C’est le premier geste conciliant de la junte thaïlandaise depuis son coup d’Etat du 22 mai : elle autorise l’ancienne Première ministre renversée, Yingluck Shinawatra, à quitter le pays pour voyager à l’étranger. Le pouvoir en place justifie cette décision par le fait que depuis bientôt deux mois « elle fait profil bas ».

Publicité

Comme des centaines d’autres dans les premiers jours du coup d’Etat, elle avait été convoquée par la junte et avait dû signer un document lui interdisant de faire de la politique. De fait, a expliqué un porte-parole de l'armée aux journalistes, elle n'a depuis « violé aucun ordre du Conseil national pour la paix et l’ordre » et a fait « profil bas » - l’occasion donc, pour les militaires, de glisser qu'ils contrôlent parfaitement l’ancienne dirigeante.

Dans le même ordre d’idée et de source militaire, on précise que lors de ce déplacement d’une vingtaine de jours en Europe, Yingluck Shinawatra devra, par les biais des ambassades, informer les autorités thaïlandaises de sa localisation.

Voyage en France

L'ancienne Première ministre devrait se rendre en France dès la semaine prochaine pour participer à l’anniversaire de son frère, le milliardaire Thaksin Shinawatra, lui-même ancien Premier ministre écarté du pouvoir par le précédent coup d’Etat, en 2006.

Ceux qui s’opposaient à Yingluck Shinawatra lorsqu’elle était au pouvoir ne devraient pas manquer d'y voir une preuve supplémentaire que c’était bien son frère qui, de son exil, dirigeait à sa place. Ces opposants étant réputés proches de la junte, que celle-ci laisse Yingluck faire ce voyage qui apporte de l'eau à son moulin n’est donc pas une surprise. La question est évidemment de savoir si, après, elle rentrera bien en Thaïlande, d’autant que selon le quotidien The Nation, elle voyagera avec son fils.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.