Accéder au contenu principal
Chine

Chine: six ans et demi de prison pour un blogueur

Xi Jinping, président chinois, lors d'une cérémonie à Pékin en novembre 2013.
Xi Jinping, président chinois, lors d'une cérémonie à Pékin en novembre 2013. REUTERS/Jason Lee/Files
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Un blogueur chinois, connu pour ses critiques du pouvoir communiste, a été condamné ce mercredi 23 juillet à six ans et demi de prison. Un tribunal a jugé l’homme d'affaires Dong Rubin coupable de s'être livré à des « activités illégales » et d'avoir « inventé et diffusé des rumeurs en ligne par appât du gain ». Une lourde peine qui illustre le renforcement du contrôle des autorités sur les réseaux sociaux.

Publicité

Avec notre correspondante à Pékin, Heike Schmidt

Les internautes le connaissent mieux sous le nom de Bianmin, « l’homme des frontières ». En 2009, Dong Rubin s’est fait un nom, en dénonçant la mort violente de Li Qiaoming, un jeune homme décédé alors qu’il était détenu par la police. L’année dernière, l’homme d’affaires avait à nouveau attiré l’attention des internautes en s’opposant à la construction d’une usine pétrochimique.

Au moins 50 000 abonnés suivaient Dong Rubin sur son microblog. Sa liberté de ton sur des sujets sensibles comme la brutalité policière ou la pollution lui a valu le respect des internautes, mais aussi la colère des autorités. Les juges estiment que Dong Rubin a « dénigré l’image des institutions de l’Etat et eu une influence extrêmement mauvaise » sur les Chinois en diffusant des rumeurs sur internet.

Le gouvernement resserre l’étau autour des réseaux sociaux, seul espace d’une toute relative liberté d’expression. Le cas de Dong Rubin en est la dernière preuve en date. Depuis 2013, la propagation de rumeurs sur internet est considérée comme un « crime de diffamation », passible de longues peines de prison.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.