Hong Kong

Hong Kong: troisième jour de blocage malgré les ordres du pouvoir

Des manifestants protestent dans le principal quartier financier de la ville, près du siège du gouvernement, le 30 septembre.
Des manifestants protestent dans le principal quartier financier de la ville, près du siège du gouvernement, le 30 septembre. REUTERS/Carlos Barria

C’est le troisième jour de blocage, ce mardi 30 septembre, à Hong Kong. Les manifestants prodémocratie n’ont pas désarmé : l’appel du chef de l’exécutif local, Leung Chun-ying, qui leur demandait de rentrer chez eux, n’aura servi à rien. Les étudiants, les lycéens et le mouvement Occupy Central demandent toujours son départ et la mise en place d’un véritable suffrage universel pour l’élection de son successeur.

Publicité

En début de journée, une partie des manifestants étaient rentrés chez eux pour se reposer, manger, se laver. D’autres étudiants nettoyaient pendant ce temps les rues, ramassant bouteilles en plastique et mégots de cigarettes, et distribuant quelques gâteaux pour le petit-déjeuner.

Mais mardi soir, malgré la pluie, ils étaient de nouveau des dizaines de milliers à converger vers Central et Admiralty, le principal quartier financier de la ville, près du siège du gouvernement. La demande de Leung Chun-ying, le chef de l’exécutif local, est donc restée lettre morte. Lors d’une conférence de presse, le groupe prodémocratie lui a même demandé de venir en personne à la rencontre des manifestants.

En tout cas, un activiste d’Occupy Central a affirmé qu’il espérait que les 100 000 manifestants seraient atteints cette nuit. De fait, on attend beaucoup de monde dans les rues, car les deux jours à venir sont fériés en Chine : ils marquent la victoire des communistes sur les nationalistes et la proclamation de la République populaire de Chine en 1949.

L’ancienne puissance coloniale, la Grande-Bretagne, s’est jointe mardi aux Etats-Unis pour faire part de sa préoccupation quant à la situation à Hong Kong. Elle a d’ailleurs indiqué qu’elle allait convoquer l'ambassadeur de Chine à Londres. Ce à quoi Pékin a répondu : « les affaires de Hong Kong relèvent des affaires intérieures chinoises ». Pékin a sans surprise apporté son soutien « entier » au gouverneur de la Région autonome spéciale.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail