Philippines

Islamisme: l'appel à l'aide des deux otages allemands aux Philippines

Des militaires à Jolo, Sulu, au sud des Phillipines, à la recherche des deux otages allemands détenus par des terroristes, le 25 septembre 2014.
Des militaires à Jolo, Sulu, au sud des Phillipines, à la recherche des deux otages allemands détenus par des terroristes, le 25 septembre 2014. REUTERS/Stringer

Les deux Allemands sont pris en otages par le groupe islamiste philippin Abou Sayyaf. Interviewés par une radio locale, ils ont appelé leur gouvernement ainsi que celui des Philippines à faire tout leur possible pour les libérer. Chacun s'est exprimé et fait part des difficultés de détention.

Publicité

Avec notre correspondant à Manille, Gabriel Kahn

Le groupe Abou Sayyaf, qui a prêté allégeance en août dernier au groupe Etat islamique, a menacé la semaine dernière de décapiter l’un de ses deux otages allemands si l’Allemagne continuait à soutenir les combattants kurdes du nord de l’Irak et si la rançon demandée n’était pas payée avant le 10 octobre.

Lundi, un représentant d’Abu Sayyaf a précisé sur une radio locale que le montant de la rançon demandée était d’environ 4,5 millions euros. Il a ensuite laissé parler les deux otages allemands sous son contrôle.

L’un d’eux, âgé de 74 ans, s’est plaint de sa santé. Il a décrit comment il était obligé de dormir à même le sol trempé par la pluie. Le second otage, une femme de 42 ans, a appelé les gouvernements philippin et allemand à faire tout leur possible pour les sortir de là.

« La situation ici est très stressante. La jungle est très dangereuse. Nous ne savons pas combien de temps nous allons pouvoir tenir », a-t-elle souligné. En visite dans le sud de l’archipel, le ministre de la Défense des Philippines a déclaré lundi qu’une opération militaire était en cours sur l’île de Sulu pour libérer les otages.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail