Accéder au contenu principal
Philippines

Islamisme: l'appel à l'aide des deux otages allemands aux Philippines

Des militaires à Jolo, Sulu, au sud des Phillipines, à la recherche des deux otages allemands détenus par des terroristes, le 25 septembre 2014.
Des militaires à Jolo, Sulu, au sud des Phillipines, à la recherche des deux otages allemands détenus par des terroristes, le 25 septembre 2014. REUTERS/Stringer
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Les deux Allemands sont pris en otages par le groupe islamiste philippin Abou Sayyaf. Interviewés par une radio locale, ils ont appelé leur gouvernement ainsi que celui des Philippines à faire tout leur possible pour les libérer. Chacun s'est exprimé et fait part des difficultés de détention.

Publicité

Avec notre correspondant à Manille, Gabriel Kahn

Le groupe Abou Sayyaf, qui a prêté allégeance en août dernier au groupe Etat islamique, a menacé la semaine dernière de décapiter l’un de ses deux otages allemands si l’Allemagne continuait à soutenir les combattants kurdes du nord de l’Irak et si la rançon demandée n’était pas payée avant le 10 octobre.

Lundi, un représentant d’Abu Sayyaf a précisé sur une radio locale que le montant de la rançon demandée était d’environ 4,5 millions euros. Il a ensuite laissé parler les deux otages allemands sous son contrôle.

L’un d’eux, âgé de 74 ans, s’est plaint de sa santé. Il a décrit comment il était obligé de dormir à même le sol trempé par la pluie. Le second otage, une femme de 42 ans, a appelé les gouvernements philippin et allemand à faire tout leur possible pour les sortir de là.

« La situation ici est très stressante. La jungle est très dangereuse. Nous ne savons pas combien de temps nous allons pouvoir tenir », a-t-elle souligné. En visite dans le sud de l’archipel, le ministre de la Défense des Philippines a déclaré lundi qu’une opération militaire était en cours sur l’île de Sulu pour libérer les otages.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.