Chine / Hong Kong

Hong Kong: retour au calme, les manifestants maintiennent la pression

A Mongkok (Hong Kong), le 7 octobre 2014.
A Mongkok (Hong Kong), le 7 octobre 2014. REUTERS/Bobby Yip
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Nuit calme à Hong Kong, où trois quartiers de la ville restent toujours assiégés par le mouvement Occupy Central qui demande le retrait d’une réforme électorale jugée anti-démocratique. Environ 300 manifestants ont encore passé la nuit à la belle étoile, campant dans la rue à Admiralty, Causeway Bay et Mongkok. Malgré une mobilisation qui ne fait que faiblir depuis trois jours, la première session du Parlement local depuis la rentrée a été annulée. Une décision controversée.

Publicité

Avec notre envoyée spéciale à Hong Kong, Heike Schmidt

La bataille de rue s’est déplacée dans l’arène politique. Pour la première fois depuis la rétrocession de Hong Kong à la Chine en 1997, le Legco - le Parlement local – a repoussé sa session plénière, prévue pour ce mercredi 8 octobre.

A la demande de 41 députés pro-Pékin, les portes de l’hémicycle resteront fermées. Selon eux, l’arrivée en toute sécurité des parlementaires ne serait pas garantie tant que les bâtiments gouvernementaux restent assiégés par les manifestants. Une décision dénoncée par le camp pro-démocratie qui accuse ses adversaires de vouloir attiser la tension entre étudiants et Hongkongais déjà éprouvés par une semaine chaotique.

Maintenir la pression

Un débat souhaité par les pro-démocrates sur la gestion de crise et l’utilisation de la force par la police contre les étudiants le 28 septembre n’aura donc pas lieu, en tout cas pas ce mercredi.

C’est ce même sujet que les étudiants mettront sur la table dès vendredi, lors de leur première rencontre avec la numéro deux des autorités hongkongaises, Carrie Lam. D’ici là, ils ne comptent pas lever leur blocus dans trois quartiers stratégiques de la ville, afin de maintenir la pression sur le gouvernement.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail