Accéder au contenu principal
Inde/Pakistan

Cachemire: recrudescence des violences entre l'Inde et le Pakistan

Des villageois au milieu des décombres, après des échanges de tirs entre les forces pakistanaises et indiennes, le 8 octobre 2014.
Des villageois au milieu des décombres, après des échanges de tirs entre les forces pakistanaises et indiennes, le 8 octobre 2014. REUTERS/Faisal Mahmood
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Après une courte trêve, les affrontements entre troupes indiennes et pakistanaises ont repris au Cachemire. En neuf jours de combats, au moins 17 morts dans les échanges de tirs transfrontaliers. Et comme souvent dans cette région disputée, les deux pays se rejettent la responsabilité de la confrontation.

Publicité

Il s'agit de la pire confrontation armée de ces dix dernières années et ce sont les civils qui en payent le plus lourd tribut. Au moins 17 civils ont été tués dans des combats au mortier et à la mitrailleuse lourde.

Le fragile cessez-le-feu a été de courte durée. Selon l'armée indienne, des tirs de gardes-frontières pakistanais ont repris ce samedi sur dix postes de douanes indiens dans le secteur de Poonch, à 80 km de Srinagar. Dimanche dernier, l'armée pakistanaise avait accusé l'Inde d'avoir tué des civils dans un village à la frontière, le jour de l'Aïd.

Renvoi des responsabilités

Lors de ces neuf jours de combat, de part et d'autre de la ligne de contrôle, les « frères ennemis » n'ont cessé de se renvoyer la responsabilité des attaques. Pour New Delhi, Islamabad entretient l'agitation au sein de la communauté musulmane, majoritaire au Cachemire Indien, et qualifie ses propres attaques de ripostes.

Le Pakistan affirme de son côté répliquer aux violations indiennes du cessez-le-feu. Depuis 1989, les combats pour le contrôle de la région ont fait des dizaines de milliers de morts, la plupart civils.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.