Accéder au contenu principal
Philippines

Philippines: Abou Sayyaf menace de décapiter un otage allemand

Un véhicule de l'armée des Philippines sur l'île de Jolo, le 16 octobre 2014. L'armée s'est déployée dans la région, alors que des membres du groupe Abou Sayyaf menace d'exécuter un otage allemand.
Un véhicule de l'armée des Philippines sur l'île de Jolo, le 16 octobre 2014. L'armée s'est déployée dans la région, alors que des membres du groupe Abou Sayyaf menace d'exécuter un otage allemand. REUTERS/Stringer
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le groupe armé islamiste Abou Sayyaf, qui détient deux otages allemands, menace de tuer l’un d’entre eux, ce vendredi 17 octobre dans l'après-midi, si l’Allemagne ne paye pas une rançon de plus de 4 millions d’euro, et si elle poursuit son soutien aux combattants kurdes du nord de l’Irak. Cette dernière revendication est d'ores et déjà rejetée par Berlin.

Publicité

Avec notre correspondant à Manille, Gabriel Kahn

La tension est forte sur l’île de Sulu, dans le sud des Philippines, à quelques heures de la fin de l’ultimatum lancé par Abu Sayyaf qui menace d’y décapiter l’un de ses deux otages allemands. L’armée a déclaré avoir lancé une opération pour sauver ces otages, mais elle soutient en même temps ne pas vouloir mettre leur vie en danger.

Viktor Stefan Okonek, un médecin de 71 ans et sa compagne, Henrite Dieter, ont été enlevés au mois d’avril dernier par un groupe armé alors qu’ils naviguaient au large de l’île de Palawan, puis remis au groupe islamiste Abou Sayyaf. Ce groupe a prêté allégeance à l’organisation Etat islamique. Il a déjà décapité un de ses otages philippins le 30 août dernier.

Séparé de sa femme

Ce jeudi, un des ravisseurs s’est exprimé sur une radio locale. Il a souligné que l’ultimatum lancé au gouvernement allemand pour qu’il paye la rançon avant 15 h 00 heure locale (07 h 00 TU) était maintenu. Il a également appelé l’Allemagne à cesser tout soutien aux Kurdes en Irak. À défaut, Viktor Okonek sera exécuté, a-t-il souligné. Ce dernier a été séparé de sa compagne mardi dernier. Sous la pression de ses ravisseurs, il s’est brièvement exprimé à la radio pour dire qu’il aimait sa famille et qu’il espérait les revoir bientôt.

En réponse au message d'Abu Sayyaf, le gouvernement allemand a affirmé ce jeudi que Berlin « ne changera pas de politique sur l'Irak ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.