Pakistan / Inde / Terrorisme

Le Pakistan frappé par un attentat-suicide à la frontière avec l’Inde

Les proches des victimes rassemblés autour des corps des victimes de l'attaque-suicide. Wagah, le 2 novembre 2014.
Les proches des victimes rassemblés autour des corps des victimes de l'attaque-suicide. Wagah, le 2 novembre 2014. REUTERS/Mohsin Raza
Texte par : RFI Suivre
2 mn

La frontière entre le Pakistan et l'Inde a été touchée ce dimanche par un attentat, l’un des pires dans le pays cette année. Au moins 55 personnes ont été tuées, 120 autres blessées. L’attaque s'est produite à un poste-frontière avec l’Inde, à quelques kilomètres de la capitale culturelle, Lahore, un endroit très populaire auprès des familles et des touristes.

Publicité

Avec notre correspondante à Islamabad, Gaëlle Lussiaà-Berdou

Le poste-frontière de Wagah, à la sortie de Lahore, est le principal point de passage entre le Pakistan et l’Inde. Tous les jours au coucher du soleil, des milliers de personnes viennent en famille ou avec des amis, pour assister à la fermeture de l’immense portail. Soldats pakistanais et indiens rivalisent alors de marches militaires dans cette cérémonie hautement symbolique du crépuscule, pendant que les foules massées de part et d’autre de la ligne de démarcation qui sépare ces deux voisins aux relations houleuses, s’époumonent de slogans patriotiques.

Il y avait donc foule à la sortie de la parade, quand le kamikaze s’est fait exploser devant les échoppes où les visiteurs ont l’habitude d’acheter un souvenir ou un casse-croûte. Dans les hôpitaux, débordés, les médias locaux ont montré les images de dizaines de brancards transportant les blessés et les morts, au milieu de leurs proches éplorés.

L’attentat a été revendiqué par plusieurs groupes affiliés aux talibans pakistanais. Ils disent l’avoir perpétré en guise de représailles contre l’opération militaire qui vise en ce moment les rebelles islamistes dans leur fief des zones tribales pakistanaises, près de la frontière afghane. Le Premier ministre Nawaz Sharif a condamné l’attaque et ordonné l’ouverture d’une enquête exhaustive.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail