Accéder au contenu principal
Asean

Asean: la Chine propose 20 milliards de dollars de crédit

Le Premier ministre chinois Li Keqiang s'exprime au sommet de l'Asean, à Naypyidaw le 13 novembre.
Le Premier ministre chinois Li Keqiang s'exprime au sommet de l'Asean, à Naypyidaw le 13 novembre. REUTERS/Soe Zeya Tun
Texte par : RFI Suivre
3 mn

La Chine est contrainte de ménager ses voisins de l’Asean dans un contexte de tensions en mer de Chine méridionale. Le « sommet 10 + 1 » ce jeudi 13 novembre en Birmanie, réunissant les pays de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est et la Chine, a donné lieu à une déclaration de bonnes intentions de la part de Pékin. Le Premier ministre chinois a supprimé de son discours les propos susceptibles de heurter. Il a aussi proposé de conclure un traité d’amitié avec les membres de l'Asean.

Publicité

Les mots figuraient sur le communiqué distribué aux journalistes, mais ils n’ont pas été prononcés par le chef du gouvernement chinois lors de son discours devant les représentants de l’Asean réunis jeudi dans la capitale birmane. Li Keqiang est arrivé avec 1h30 de retard sur l’horaire prévu.

Visiblement, les négociations ont duré jusqu’à la dernière minute, et notamment avec les délégations vietnamiennes et des Philippines visiblement très remontées contre Pékin. Le passage sur la Chine attachée à « défendre sa souveraineté en mer de Chine du Sud » a donc été retiré du discours. Le Premier ministre chinois a préféré évoquer l’amitié avec les pays de la région et le développement des échanges commerciaux.

« Les bonnes relations avec l’Asean aideront à construire la zone de libre-échange (RCPE) que nous proposons dans la région, a affirmé Li Keqiang au micro de notre envoyée spéciale Gu Li, de la rédaction chinoise de RFI. Nous souhaitons relancer les relations commerciales. Nous souhaitons aussi aider les pays en développement. La Chine va ainsi proposer une aide de 3 milliards de yuans sans intérêt au pays de l’Asie du Sud-Est. »

Au total, la Chine propose pour 20 milliards de dollars de crédits aux pays de l’Asean, dont 10 milliards dans des projets d’infrastructures. Le Premier ministre chinois propose enfin la mise en place d’un téléphone rouge entre les pays de la région pour prévenir les disputes en mer de Chine du Sud. Pas sûr que cela suffise à calmer les dirigeants de l’Asean qui attendent de Pékin une politique maritime moins agressive, dans des conflits territoriaux qui l’opposent aux Philippines, au Vietnam, à Brunei et à la Malaisie.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.