Pakistan/Afghanistan

Pakistan: première visite de réconciliation pour Ashraf Ghani

Ashraf Ghani entame ce vendredi une visite de deux jours au Pakistan pour réchauffer les relations entre les deux pays.
Ashraf Ghani entame ce vendredi une visite de deux jours au Pakistan pour réchauffer les relations entre les deux pays. REUTERS/Mohammad Ismail

Le nouveau président afghan Ashraf Ghani entame, ce vendredi 14 novembre, sa première visite au Pakistan. Une visite de deux jours au cours de laquelle il rencontrera évidemment le Premier ministre Nawaz Sharif. C’est peut-être l’occasion de poser les bases d'une relation apaisée entre les deux pays qui, depuis des années, s’accusent mutuellement de soutenir les talibans implantés sur leurs sols pour déstabiliser leur voisin.

Publicité

Kaboul n’oubliera certainement jamais qu’en 1997, lorsque le Pakistan a été le seul pays au monde à reconnaître le régime des talibans en Afghanistan, c’est son actuel premier ministre, Nawaz Sharif, qui était déjà en poste. Mais ces dernières semaines, les responsables pakistanais se sont succédé à Kaboul, du conseiller de Nawaz Sharif sur la sécurité nationale et les affaires étrangères, au chef des forces armées, en passant par le chef de services de renseignement pakistanais, fréquemment accusés de collusion avec les talibans.

Leur message : l’armée comme les politiques veulent un Afghanistan stable. Dans quelques semaines, l’essentiel des forces de la coalition internationale aura quitté le pays. De son côté, lorsqu’il était encore candidat, le président afghan Ashraf Ghani avait exprimé son désir d’arriver à une relation spéciale entre le Pakistan et l'Afghanistan « apparentée à celle développée par la France et l'Allemagne après la Seconde Guerre mondiale ». Le chemin est encore long, même si chacun fait montre de bonne volonté, entre autres pour rassurer l'allié américain.

Au menu des discussions pendant ces deux jours : la paix, la sécurité, les échanges commerciaux et la frontière afghano-pakistanaise. Un sujet d’autant plus important que lorsqu'en juin dernier Islamabad a lancé une opération contre les talibans dans le Waziristan du nord, la plupart ont franchi la frontière pour passer côté afghan, quand ils n'y étaient pas déjà.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail