Accéder au contenu principal
Chine

Hong Kong: la justice fait démanteler les barricades

Des huissiers ont fait démanteler des barricades à Hong Kong, en exécution d'une première décision de justice visant à réduire l'étendue des sites occupés par les manifestants.
Des huissiers ont fait démanteler des barricades à Hong Kong, en exécution d'une première décision de justice visant à réduire l'étendue des sites occupés par les manifestants. REUTERS/Tyrone Siu
Texte par : RFI Suivre
2 min

À Hong Kong, le démantèlement par des huissiers d’une petite partie de l’un des sites d’occupation citoyenne a commencé ce 18 novembre 2014. C’est peut être le début de la fin de ce mouvement qui est entré dans sa huitème semaine dimanche.

Publicité

Avec notre correspondante à Hong KongFlorence de Changy

« Prenez vos affaires et quittez les lieux immédiatement », ont crié dans des porte-voix les quelques huissiers dépêchés aux abords de la Tour Citic, une tour qui est juste en face des immeubles du gouvernement. Comme ils l’avaient indiqué depuis quelques jours, les manifestants ont obéi aux injonctions et certains ont même aidé la mise à exécution des ordres. Avec des sécateurs et quelques tenailles pour principaux outils, les abords de la tour ont été dégagés en moins de 2 heures. Mais l’espace libéré ne représente qu’une toute petite partie de la zone occupée à Admiralty.

Sous la tente des jeunes du groupe Scholarism, on attend la suite des événements. « Je pense que c’est un tournant parce qu’on commence à dégager des choses, constate Mélodie, une étudiante de 18 ans. Bien sûr nous ne souhaitons pas partir mais nous respectons la décision de la Cour et peut-être que nous allons simplement nous réinstaller ailleurs ». Ron Chen, lui fait des études de commerce. Il reste philosophe : « Pas à pas et quartier par quartier, ils vont réduire notre espace d’occupation. Donc on va juste voir ce qui va se passer parce qu’on ne sait pas ce que nous allons faire et on ne sait pas ce qu’ils vont faire donc attendons de voir ». 

Près de 70% de la population aimerait à présent voir la fin de ce mouvement de désobéissance civile tant par peur que cela tourne mal que pour que la vie quotidienne et notamment les transports puissent reprendre un cours normal.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.