Accéder au contenu principal
Birmanie

L’ONU demande la protection des civils au nord de la Birmanie

Camp de refugiés kachin en Chine.
Camp de refugiés kachin en Chine. REUTERS/Wong Campion
Texte par : RFI Suivre
2 min

Les combats continuent dans le nord de la Birmanie, entre les rebelles de la minorité kachin et l'armée birmane, près de la frontière avec la Chine. Ce lundi 24 novembre, les Nations unies ont demandé que les civils soient protégés des tirs d'artillerie de l'armée qui seraient tombés près des camps de réfugiés. Depuis la fin de la trêve en 2011 entre l'armée et les rebelles, 100 000 personnes ont dû fuir leurs domiciles.

Publicité

Tout a commencé mercredi 19 novembre, lorsqu’un tir d’artillerie de l’armée a atteint un camp d’entraînement kachin : 22 recrues ont été tuées selon les rebelles, leurs plus importantes pertes depuis 2011 et la reprise des combats après 17 ans de trêve. L’armée affirme qu’elle ne visait pas le camp, et qu’à l’origine ce n’était qu’un coup de semonce en réponse à une embuscade dans laquelle ses soldats seraient tombés alors qu’ils étaient en train de construire une route. Les rebelles ont nié avoir attaqué les premiers, mais depuis les combats continuent. Selon le quotidien birman Irrawady, qui cite les rebelles, ce week-end l’armée a tiré une douzaine de coups de mortiers, et l'une des munitions aurait explosé à l’intérieur d’un camp de déplacés, sans faire de victimes.

Depuis 2011 et la mise en place d’un gouvernement civil qui reste proche des militaires birmans, 14 groupes rebelles ont signé un accord de cessez-le-feu. Mais les deux restants, dans l’Etat kachin et dans l’Etat shan, n’ont toujours pas signé. Les derniers pourparlers au mois de septembre n’ont pas abouti. Et après l’attaque de mercredi, plusieurs groupes armés ont remis en question l’engagement du gouvernement pour la paix. D’autant que les recrues tuées ne faisaient pas partie des rebelles kachins, mais d’autres groupes armés auxquels ils sont alliés.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.