Accéder au contenu principal
Chine

Chine-Taïwan: le dialogue qui s’était noué va-t-il se rompre?

Les dirigeants du Democratic Progressive Party (DPP, opposition) autour de sa présidente Tsai Ing-wen à Taipei, le 29 novembre 2014.
Les dirigeants du Democratic Progressive Party (DPP, opposition) autour de sa présidente Tsai Ing-wen à Taipei, le 29 novembre 2014. Reuters/路透社
Texte par : RFI Suivre
1 min

Pékin observe de près le résultat des élections locales à Taïwan. L’échec du parti nationaliste Kuomintang suivie par la démission du Premier ministre Jiang Yi-Huah ne peut que déplaire à la Chine qui compte accroître ses échanges politiques et commerciaux avec Taipei. Depuis la fin de la guerre civile en 1949, la Chine continentale n’a jamais renoncé à la réunification, si nécessaire par la force. En mars dernier, Pékin avait réussi à nouer un dialogue historique avec « l’île rebelle », mais la déroute des forces pro-Pékin risque de jeter à nouveau le froid sur les relations entre Chine continentale et Taïwan.

Publicité

Avec notre correspondante à Pékin, Heike Schmidt

La débâcle électorale des nationalistes taïwanais n’arrange pas Pékin. Car pendant six ans, le Kuomintang l’ex-ennemi de la Chine, a été le meilleur avocat d’un dégel entre l’île de Taïwan et la Chine continentale. Aujourd’hui, ce sont les adversaires de Pékin réunis au sein du Parti démocratique progressiste qui se voient pousser des ailes.

Le journal officiel chinois Global Times leur lance cet avertissement : « L’échec du Kuomintang ne signifie pas automatiquement un triomphe pour les forces taïwanaises pro-indépendance. […] Le progrès dans nos relations bilatérales est irréversible. » L’éditorialiste propose de réagir avec sérénité à la nouvelle donne à Taipei et conclut : « Plus le continent chinois se développera, moins l’île prônera la rupture. »

Sur les réseaux sociaux, le ton vis-à-vis de « l’île rebelle » est nettement moins tendre, à l’instar du commentaire posté par Si Ma Ping Bang qui se vante d’avoir 640 000 abonnés : « La Chine a deux options, soit on doit récupérer Taïwan par la force, ou bien on doit fonder nous même un parti pro-réunification qui participera aux futures élections. »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.