Accéder au contenu principal

L'arrestation de Zhou Yongkang pourrait gêner le pouvoir chinois

Zhou Yongkang lors d'une rencontre avec les médias à Pékin, le 22 octobre 2007.
Zhou Yongkang lors d'une rencontre avec les médias à Pékin, le 22 octobre 2007. Reuters
Texte par : RFI Suivre
2 min

Zhou Yongkang, ancien maitre de la sécurité intérieure, a été formellement arrêté et exclu du parti communiste samedi, dans le cadre de la vaste campagne anti-corruption conduite par le président chinois Xi Jinping. Son sort est à présent entre les mains de la justice. Mais le procès d'un dirigeant de si haut niveau n'est pas sans risque pour le pouvoir.

Publicité

« Son comportement entache gravement la réputation du Parti », conclut le communiqué officiel. Jamais depuis l'arrivée des communistes au pouvoir, en 1949, un responsable aussi haut placé n’est tombé pour corruption. L’ex-dirigeant chinois est accusé de profits illégaux et de diffusion de secrets d’Etat. Il y aura donc un procès Zhou Yongkang, car à la suite de son exclusion du parti communiste, l’ancien Monsieur sécurité du régime chinois est redevenu un justiciable comme les autres.

Sauf que ces suites judiciaires ne seront pas sans risque pour le sommet de l'Etat. François Godement, directeur du programme Chine et Asie du Conseil européen pour les relations internationales (ECFR), explique :

« Qui dit procès dit, même en Chine, un tout petit peu de parole publique, et c'est certain que quelqu'un comme Zhou Yongkang, en sait énormément sur ses collègues. On peut supposer que le risque est atténué par le compromis qui peut être passé avec lui au moment d'un procès pour éviter par exemple une peine de mort. C'est certain que dans un système où le parti gouverne l'Etat et où il n'y a pas de séparation des pouvoirs, la corruption est institutionnalisée. Xi Jinping fait face à deux enjeux. Le premier, c'est cette corruption, devenue mortelle. Elle menace la légitimité du régime aux yeux de la population, et donc la campagne anti-corruption qu'il a engagée, il ne faut pas se le cacher, elle est populaire. Le deuxième enjeux, c'est que, par ce biais, il menace politiquement, chacun de ses collègues et de ses partenaires. Tout le monde est vulnérable, et c'est donc aussi un instrument de pouvoir de Xi Jinping. Le risque, c'est que certaines de ses procédures dérapent, que ces procédures appellent d'autres dénonciations qui, de proches en proches, révèleraient l'ampleur de la corruption dans le système. »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.