Accéder au contenu principal
Philippines

Aux Philippines, le typhon Hagupit perd peu à peu de sa puissance

La capitale Manille se prépare à accueillir le typhon Hagupit qui a déjà dévasté le centre et l'est de l'archipel.
La capitale Manille se prépare à accueillir le typhon Hagupit qui a déjà dévasté le centre et l'est de l'archipel. REUTERS/Romeo Ranoco
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Le typhon Hagupit, le plus puissant dans la zone cette année, balaie l'archipel depuis ce samedi. Si sa course se ralentit et s'il perd de sa force, il n'en n'a pas moins fait de nombreux dégâts matériels et sans doute des victimes.

Publicité

Avec notre correspondant à Manille, Gabriel Kahn

Le typhon Hagupit a sérieusement faibli depuis qu’il a touché terre samedi soir sur l’île de Samar, dans le centre des Philippines avec des vents d’environ 200 km/h. Selon les services de météorologie de l’Etat, ses vents ne soufflent plus maintenant qu’à 140 km/h et il ne progresse plus qu’à la vitesse de 10 km/h dans une direction Nord-Ouest, vers la région de Manille qu’il devrait atteindre demain.

Communications interrompues

Le typhon a touché terre samedi soir par l'est de l'île de Samar. Selon les autorités, au moins une personne serait morte des suites de ce typhon, dans la localité de Dolores, qui avait été la première à être atteinte samedi. Cependant, les secours s’organisent pour déblayer les routes sur la côte Est et atteindre les populations isolées, qui pour la plupart n’ont plus accès aux réseaux électriques et téléphoniques.

Une équipe de Plan International est sur place mais les communications sont très difficiles, comme l'explique Richard Sandison, coordinateur de l'ONG, qui se trouve actuellement à Tacloban : « Dans certaines municipalités de l'est de l'île de Samar, des villages entiers ont été balayés par le typhon. La plupart restent inaccessibles pour l'instant, et c'est très difficile d'avoir des informations précises. Beaucoup de villes importantes sont encore isolées, à cause de l'inondation des routes, de l’absence d’électricité et des moyens de communication très limités. Nous avons environ cent personnes qui sont sur place, et la seule façon de les joindre c’est le téléphone satellite. On estime qu’environ 200 000 personnes ont été évacuées des endroits les plus exposés le long des côtes, et cela a permis de réduire considérablement les dégâts humains. Et ça, c'est une leçon à retenir. La prévention et la préparation aux catastrophes naturelles, ça fonctionne. Même s’il est encore trop tôt pour savoir précisément quel sera le bilan humain et des dégâts matériels. »

Les personnes qui avaient été évacuées par centaines de milliers loin des côtes et des vallées encaissées pour trouver refuge dans des écoles, des gymnases ou des églises, ont commencé à retourner chez elles.

Le typhon approche de Manille

La mégapole de 13 millions d’habitants s’apprête à affronter des vents assez violents et d’importantes inondations. Les écoles seront fermées lundi à Manille. L’armée est placée en état d’alerte. Mais l’atmosphère, aujourd’hui, y est plutôt décontractée et aucune évacuation systématique n’a encore eu lieu dans la capitale, contrairement à ce qui s’est passé dans d’autres régions du pays puisqu'un million de personnes avaient été évacuées préventivement.

Henri Bonin, urgentiste à Handicap international, se trouve à Tacloban. Il confirme que la ville dévastée par Hayan a cette fois mieux résisté, mais il s'inquiète pour certaines zones isolées.

La population a passé la journée à nettoyer et à ranger. Beaucoup d'habitations, qui étaient précaires, ont été endommagées, donc beaucoup de personnes sont encore dans des centres d'évacuation.

Depuis Tacloban

L'arrivée de ce typhon et plus généralement cette année 2014 particulièrement chaude sur la planète, sont commentées à Lima, au Pérou, où se tiennent des négociations internationales sur le climat. Certaines ONG de défense de l'environnement dénoncent le manque d'avancées avant la grande conférence sur le climat l'an prochain à Paris.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.