Accéder au contenu principal
Afghanistan / Etats-Unis

Retrait des troupes: un audit pessimiste sur l'avenir de l'Afghanistan

Des soldats américains retirent leur drapeau de la base militaire de Helmand en Afghanistan, le 26 octobre 2014.
Des soldats américains retirent leur drapeau de la base militaire de Helmand en Afghanistan, le 26 octobre 2014. REUTERS/Omar Sobhani
Texte par : RFI Suivre
2 mn

A l’aube du retrait des troupes américaines d’Afghanistan, l’inspecteur général chargé du dossier reconstruction dresse un tableau très pessimiste de l’avenir du pays. Corruption, incompétence dans la gestion, trafic de drogue en hausse exponentielle... Kaboul ne semble pas préparée à assumer ses responsabilités, d’après l'audit rendu public mercredi qui souligne aussi le manque de contrôle américain sur ses investissements.

Publicité

Avec notre correspondante à Washington, Anne-Marie Capomaccio

L’Afghanistan n’est pas capable de mettre en pratique une stratégie de reconstruction. C’est en substance la conclusion de cet audit réalisé par l’inspecteur général américain (le rapport en anglais). Ce rapport estime par ailleurs que les fonds publics injectés sont quasiment un investissement à perte pour le contribuable américain. Les Etats-Unis ont consacré plus de 100 milliards de dollars à la reconstruction afghane.

Les « sept plaies » qui rongent le pays sont détaillées dans ce rapport. Au premier rang desquelles une corruption endémique encouragée, écrit l’inspecteur général, à la fois par une absence de volonté politique de Kaboul et un manque d’implication de la communauté internationale.

Découlent de ce constat une incertitude pour l’avenir du pays due à la mauvaise gestion des infrastructures et des projets en cours financés qui ne verront peut-être pas le jour et une inquiétude sur l’efficacité des forces armées après le départ de l’ISAF (la force internationale d’assistance et de sécurité).

L’inspecteur général recommande aux Etats-Unis de reprendre en main leur programme d’aide à l’Afghanistan en mettant en place un réel suivi des projets et des sommes décaissées, ce qui d’après cet audit, n’est pas le cas aujourd’hui.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.