Accéder au contenu principal
Birmanie

Birmanie: la population fuit d'intenses combats dans l’Etat Kachin

Des soldats de l'armée pour l'indépendance Kachin (KIA) à Mai Ja Yang dans l'Etat de Kachin en janvier 2013.
Des soldats de l'armée pour l'indépendance Kachin (KIA) à Mai Ja Yang dans l'Etat de Kachin en janvier 2013. REUTERS/Kaung Htet
Texte par : RFI Suivre
2 mn

En Birmanie, les combats ont repris de plus belle dans l’Etat Kachin au nord du pays entre la rébellion de cette minorité ethnique et l’armée. Jeudi, près de 1 000 personnes ont dû fuir leurs villages pour échapper aux combats les plus violents depuis plus d’un an.

Publicité

Quand les affrontements ont débuté, vers six heures du matin jeudi, plusieurs villages des alentours de Hpakant se sont retrouvés sous le feu croisé de l’artillerie birmane et d'un bataillon de l’armée indépendantiste Kachin. De nombreux villageois ont tenté de fuir, mais impossible de s'échapper. Ils ont donc trouvé refuge dans des églises. D'après le quotidien d'opposition Irrawady, quelque 1 000 soldats birmans ont été envoyés en renfort dans la région.

Ces combats surviennent au lendemain de l’enlèvement, mercredi, d’un ministre de l’Etat Kachin par les rebelles. Ce dernier a été relâché, mais trois policiers seraient toujours détenus.

Pendant ce temps dans la capitale, à Naypyidaw, le président Thein Sein s’active pour qu’un cessez-le-feu général soit signé le mois prochain avec l’ensemble des minorités. Lundi, il a tenu une réunion d'étape avec l’ensemble des partis d’opposition et les représentants des minorités. L’armée indépendantiste Kachin est l’un des deux seuls groupes rebelles à ne pas avoir signé d’accord bilatéral avec le gouvernement jusqu’à présent.

→ A reécouter, notre Chronique des droits de l'homme : Birmanie: à la veille du recensement, l'Etat kachin toujours en guerre

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.