Accéder au contenu principal
Afghanistan

Afghanistan: meurtrière offensive des talibans contre des policiers

Des policiers afghans montent la garde face au lycée français de Kaboul après l’attaque suicide qui avait visé l’établissement en décembre dernier.
Des policiers afghans montent la garde face au lycée français de Kaboul après l’attaque suicide qui avait visé l’établissement en décembre dernier. REUTERS/Mohammad Ismail
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Des dizaines de policiers ont été tués en Afghanistan ces deux derniers jours dans des attaques talibanes en représailles à l’assaut de l’armée contre les fiefs des insurgés dans le sud du pays. L’opération préventive de l’armée vise à affaiblir les talibans avant la saison des combats qui débute au printemps. Depuis le départ des forces internationales il y a deux mois, l’offensive est entièrement organisée et exécutée par les militaires afghans.

Publicité

La réponse des talibans ne s’est pas fait attendre. Une vingtaine de policiers ont été tués ce mardi, dans une attaque suicide à Puli Alam, dans la province de Logar, à 70km au sud de Kaboul, et lors d’une embuscade tendue par les insurgés dans la province de Kandahar. Ces attentats interviennent en représailles à l’opération préventive lancée lundi 16 février par l’armée pour affaiblir les talibans et devancer leurs attaques.

De sources militaires, les insurgés -réfugiés l’hiver au Pakistan voisin- commencent déjà à se masser dans les provinces du sud du pays, en vue d’attaquer au printemps. Encouragés par le départ des troupes internationales, les talibans risquent de frapper fort. En 2014 plus de 3 000 civils ont été tués et près de 5 000 soldats et policiers sont morts au combat ; un record depuis 2001 et le début de l’intervention occidentale menée par les Américains en Afghanistan.

Au problème sécuritaire s’ajoutent des risques d’instabilité politique. Le mois dernier, le Parlement a refusé d’approuver une grande partie des membres du cabinet proposé par le président Ashraf Ghani, entré en fonction en septembre. Une situation qui risque aussi de miner les tentatives de dialogue avec les talibans voulues par le président Ghani.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.