Chine

La Chine revoit ses prévisions de croissance à la baisse

Le Premier ministre chinois Li Keqiang à la session annuelle de l'Assemblée populaire nationale, le 5 mars 2015.
Le Premier ministre chinois Li Keqiang à la session annuelle de l'Assemblée populaire nationale, le 5 mars 2015. REUTERS/Jason Lee

Après deux décennies de croissance à un rythme effréné, le gouvernement chinois a dévoilé ce jeudi un objectif bien plus prudent pour cette année, devant l'Assemblée nationale populaire. La voix grave, le Premier ministre Li Keqiang a parlé d’une « année cruciale » pour la Chine.

Publicité

Avec notre correspondante à Pékin, Heike Schmidt

« Chers camarades, a lancé le Premier ministre dans l’illustre palais du Peuple, nous aurons probablement à faire face à des difficultés plus graves que l’année dernière ». Depuis un quart de siècle, les députés ne sont plus habitués à un gouvernement si pessimiste. Une croissance réduite à 7 % pour 2015, l’activité en Chine, deuxième puissance économique du monde, ne cesse de ralentir.

Pour éviter un atterrissage brutal, Pékin compte sur l’innovation, sur la consommation des ménages et les services, mais aussi sur les technologies vertes, motrices d’un développement plus durable.

Le député Qu Futian veut croire que le gouvernement est sur la bonne voie : « La Chine est entrée dans une phase plus normale. Le taux de croissance de 7 % laissera plus de marge aux réformes. La qualité de la croissance est meilleure aujourd’hui. En même temps, 7 % n’est pas un pourcentage médiocre. Ça suffit pour maintenir l’offre d’emplois stable et contribuera à la croissance mondiale. »

Dix millions de nouveaux emplois doivent être créés cette année et doivent garantir un taux de chômage inférieur à 4,5 % dans les zones urbaines. C’est une priorité pour les autorités qui craignent avant tout le mécontentement social.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail