Accéder au contenu principal
Bangladesh

Bangladesh: le Nobel de la paix Muhammad Yunus aux prises avec le fisc

Le Prix Nobel de la paix et le fondateur de la Grameen Bank, Mohammad Yunus, en 2006, à Stockholm.
Le Prix Nobel de la paix et le fondateur de la Grameen Bank, Mohammad Yunus, en 2006, à Stockholm. AFP PHOTO / OLIVIER MORIN
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Au Bangladesh, le prix Nobel de la paix Muhammad Yunus a été sommé de payer plus de 1,51 million de dollars d’arriérés d’impôts à l’Etat. Le pionnier du microcrédit, fondateur de la Grameen Bank, est convoqué par le fisc le 29 mars prochain pour régler ce différend à l’amiable. Une affaire aux motivations politiques selon les analystes.

Publicité

La dette de Muhammad Yunus envers le fisc porte sur des sommes versées à sa famille et à des œuvres caritatives au cours des trois dernières années. Des dons qu'il a pu faire grâce aux honoraires des conférences qu'il donne à travers le monde et grâce à ses droits d’auteur. Mais ces revenus ont déjà été imposés, défend son avocat, et les dons n'ont pas à être taxés de nouveau.

Les analystes voient dans cette affaire la suite d'une campagne de dénigrement au Bangladesh. Les ennuis de Muhammad Yunus avec les autorités de son pays ne sont pas nouveaux. En 2010, il est mis en cause, puis blanchi, dans une affaire de détournement de fonds. L'année suivante, il est démis de ses fonctions de directeur général de la Grameen Bank au prétexte que son nouveau mandat n'a pas été approuvé par la banque centrale.

Une éviction considérée comme une manœuvre de la Première ministre Sheikh Hasina pour affaiblir un éventuel rival politique. Car en 2007, en effet, Muhammad Yunus a brièvement envisagé de créer un parti politique, avant de se raviser. Depuis les attaques se sont donc multipliées. Sheikh Hasina accuse même le prix Nobel de vouloir « sucer le sang des pauvres ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.