Ouzbékistan

Ouzbékistan: Islam Karimov reconduit sans surprise au pouvoir

Des Ouzbèkes passent devant le portrait d'Islam Karimov, à Tashkent le 26 mars 2015.
Des Ouzbèkes passent devant le portrait d'Islam Karimov, à Tashkent le 26 mars 2015. REUTERS/Stringer

L'élection présidentielle s'est déroulée sans aucun suspense dimanche 29 mars. Islam Karimov, aux commandes du pays depuis 1989, a été réélu avec plus de 90 % des suffrages selon les résultats officiels publiés lundi 30 mars par la commission électorale. A 77 ans, le président le plus âgé des quinze anciennes républiques soviétiques repart pour un quatrième mandat de cinq ans à la tête d'un des Etats les plus répressifs au monde.

Publicité

Cela fait 25 ans qu'Islam Karimov dirige l'Ouzbékistan d'une main de fer. Un quart de siècle qu'il règne en seul maître sur ce pays de trente millions d'habitants. Et le scrutin de ce dimanche ressemblait à une simple formalité. En l'absence d'opposition, le président sortant a remporté un quatrième mandat avec plus de 90 % des voix.

La campagne, quasi-inexistante, a ressemblé aux précédentes : des médias muselés, aux ordres du régime, une opposition réprimée, et des concurrents réduits à un rôle de figurant. Trois opposants faisaient office d'adversaires, mais tous sont issus de partis politiques qui soutiennent le président et qui ont appelé à sa réélection.

Pour l'ancien apparatchik communiste, les libertés individuelles ou de la presse ne sont pas à l'ordre du jour. Le régime continue de réprimer, d'emprisonner, de torturer tous les opposants, réels ou supposés. Selon les organisations des droits de l'homme, l'Ouzbékistan compte environ 12 000 prisonniers politiques et religieux. A 77 ans, et malgré les rumeurs sur son état de santé, Karimov se maintient au pouvoir, coûte que coûte. Et rien n'indique que le pouvoir ouzbek puisse vaciller dans un avenir proche.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail