Sri Lanka

Sri Lanka: le gouvernement enquête sur l’achat de 10 Airbus

L'ancien président du Sri Lanka Mahinda Rajapakse fait l'objet d'une attention toute particulière de la part de son successeur.
L'ancien président du Sri Lanka Mahinda Rajapakse fait l'objet d'une attention toute particulière de la part de son successeur. EUTERS/Dinuka Liyanawatte

Au Sri Lanka, le nouveau gouvernement a annoncé samedi 4 avril l’ouverture d’une enquête sur l’achat de dix Airbus par la compagnie aérienne nationale. La commande qui s’élève à plus de 2 milliards de dollars aurait été entachée de fraudes. Le dossier avait été géré par le gouvernement de l’ancien président Rajapakse, une époque sur laquelle le nouveau président, élu au mois de janvier, multiplie les enquêtes.

Publicité

Le rapport d’enquête serait accablant : Sri Lanka Airlines se serait non seulement rendue coupable de corruption à grande échelle, mais aussi « d’importantes défaillances en matière de sécurité ». La commission conseille de poursuivre l’ancien PDG de la compagnie, qui se trouve aussi être le beau-frère de l’ancien président du Sri Lanka.

De fait, les dernières élections s’étaient jouées sur le thème de la corruption, et depuis sa victoire Maithripala Sirisena s’ingénie à enquêter sur son prédécesseur et son équipe. La nouvelle unité anticorruption a d’ailleurs interdit à l’ancien gouverneur de la Banque centrale de sortir du pays.

Il y a deux semaines, le gouvernement annonçait avoir retrouvé la trace, à Dubaï, de sommes allant jusqu’à 10 milliards de dollars qui auraient été volées par l’ancien régime. 5,3 milliards de dollars d’accords signés avec Pékin sont en train d’être renégociés, sur fond d’allégations de corruption.

Le Sri Lanka a également ouvert une enquête sur des soupçons de corruption de parlementaires américains, qui auraient reçu des pots-de-vin pour que Washington ne soit pas trop dur avec Colombo après l’écrasement dans le sang de la rébellion tamoule. Enfin, une enquête est aussi en cours sur l’ancien ambassadeur sri lankais à Moscou, un proche de l’ancien président, accusé par Kiev d’avoir vendu des armes aux rebelles ukrainiens pro-russes.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail