Accéder au contenu principal
Thaïlande

La junte thaïlandaise ferme la chaîne de télévision de l'opposition

Le logo de la chaîne des Chemises rouges thaïlandaises.
Le logo de la chaîne des Chemises rouges thaïlandaises. capture d'écran
Texte par : RFI Suivre
2 mn

La junte au pouvoir a fermé la chaîne de télévision des Chemises rouges, les partisans de l’ancien Premier ministre Thaksin Shinawatra. La chaîne est accusée de diffuser des programmes qui menacent la stabilité politique du pays. Cette mesure intervient après une série de menaces proférées par le chef de la junte, le général Prayuth Chan-ocha, contre les médias.

Publicité

Avec notre correspondant à Bangkok,  Arnaud Dubus

Peace TV est l’une des rares chaînes de télévision qui diffusait des programmes ouvertement politiques. Les autres chaînes avaient, pour la plupart, plié devant l’ordre de la junte de dépolitiser au maximum leurs émissions et de privilégier le divertissement. Et comme l’audience de Peace TV est composée des plus farouches opposants à la junte qui s’est emparé du pouvoir l’an dernier, les présentateurs tendaient à se montrer très critiques de la politique menée par les militaires.

La chaîne avait été une première fois suspendue au début du mois. Estimant que le ton n’avait pas suffisamment changé, les militaires ont désormais révoqué la licence de la chaîne. Un acte jugé injuste par les Chemises rouges, les partisans du clan politique Shinawatra, car les chaînes de leurs ennemis, les Chemises jaunes ou partisans de l’establishment royaliste ultra-conservateur sont toujours diffusées.

La fermeture est d’autant plus mal ressentie que la Thaïlande discute actuellement de la mise en place d’une nouvelle Constitution. En théorie, la junte dit accueillir avec bienveillance toutes les remarques sur ce projet. Mais pour les Chemises rouges, la fermeture de Peace TV montre que ce discours n’est qu’une façade.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.