Russie/Chine

Xi Jinping et Vladimir Poutine affichent leur amitié à Moscou

Les présidents russe et chinois, Vladimir Poutine et Xi Jinping, au Kremlin, le 8 mai 2015.
Les présidents russe et chinois, Vladimir Poutine et Xi Jinping, au Kremlin, le 8 mai 2015. REUTERS/Sergei Karpukhin
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Moscou se prépare à la plus grande parade militaire de son histoire. Vladimir Poutine a souhaité un spectacle grandiose, le 9 mai, pour célébrer le 70ème anniversaire de la victoire sur l'Allemagne nazie. Mais les festivités sont boudées par la plupart des dirigeants occidentaux qui reprochent le soutien du Kremlin aux séparatistes dans l'est de l'Ukraine. Le Premier ministre indien Narendra Modi et le président cubain Raul Castro sont présents. Tout comme le président chinois Xi Jinping.

Publicité

Avec notre correspondante à Pékin, Heike Schmidt

Xi Jinping est arrivé dans la matinée de ce vendredi 8 mai à Moscou. Avec Vladimir Poutine, ils ont affiché leur amitié « née dans les combats » de la Seconde Guerre mondiale, selon le président chinois. « Dans cette guerre, nos pays ont subi les plus grandes pertes. C'est pourquoi nous sommes contre toute tentative de falsification de l'histoire et (...) de réhabilitation du fascisme et du militarisme », a déclaré le président russe.

Les deux voisins ont tout à y gagner : Pékin compte sur la Russie pour réaliser son rêve d’une « nouvelle route de la soie » qui doit relier la Chine à l’Europe par le continent. Quant à la Russie, elle accueillera à bras ouverts les soldats de l’armée populaire de libération qui défileront sur la place Rouge pour la première fois. Une parade militaire censée briser l’isolement de Moscou dû aux sanctions européennes.

Mais côté économique, les deux pays ne sont pas sur un pied d’égalité. La Chine est aujourd’hui le deuxième partenaire commercial de la Russie, derrière l’Union européenne. Vu de Pékin, la réalité est tout autre. La Russie n’occupe que la 9e place dans les échanges commerciaux de la Chine, loin derrière le numéro 1, l’Union européenne et le numéro 2, les Etats-Unis.

Mais le volume est en hausse de près de 10 %, et en mai dernier, les deux puissances ont signé un accord gazier d’une valeur de 400 milliards de dollars. Le gazoduc « Force de Sibérie » est déjà en construction, pour un coût d’environ 27 milliards d’euros. La livraison de ce gaz doit commencer en 2018.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail