Inde

Inde: les réseaux sociaux dénoncent les discriminations religieuses

Plusieurs cas récents de discriminations liées à la religion sont dénoncés sur le groupe «Indians against housing discrimination».
Plusieurs cas récents de discriminations liées à la religion sont dénoncés sur le groupe «Indians against housing discrimination». Capture écran Indians against housing discrimination

En Inde, une affaire de discrimination fait beaucoup de bruits dans les médias et sur la Toile : une jeune femme musulmane vient en effet d'être renvoyée de l'appartement dans lequel elle venait d'emménager, après que le propriétaire a appris qu'elle était musulmane. Un groupe Facebook de lutte contre ces discriminations vient de se créer et relate de nombreuses histoires similaires.

Publicité

Un groupe Facebook de lutte contre les discriminations a été créé et il raconte de nombreuses histoires similaires en Inde. « Les Indiens contre la discrimination au logement » donne un aperçu du problème : plus de 1200 personnes se sont déjà abonnées à cette page. Un internaute raconte comment un propriétaire a refusé de signer le bail convenu au moment où la personne a donné son nom complet, nom qui révélait qu'il était musulman.

Dans le sud du pays, un autre abonné s'est vu refuser un appartement car il était chrétien et le quartier était majoritairement hindou. Cette dernière histoire de la jeune musulmane, médiatisée ces derniers jours, est discutée en longueur sur les réseaux sociaux. Elle avait signé le bail, emménagé, mais les propriétaires lui ont finalement dit que c'était contre les règles de l'immeuble d'accueillir des musulmans et l'ont menacé de la chasser violemment dehors, ce qui l'a poussé à partir. Cette affaire est d'autant plus choquante pour ces internautes que cela est arrivé à Bombay, une ville très cosmopolite mais où le communitarisme est devenu de plus en plus fort.

La loi indienne brouille les pistes

En Inde, la discrimination positive est acceptée et souvent promue pour aider des communautés ou castes défavorisées. La Cour suprême a ainsi reconnu le droit de créer des résidences exclusives pour certains groupes minoritaires comme les parsis, les chrétiens, ou les musulmans qui pourraient avoir du mal à trouver un logement ailleurs. Mais à l'inverse, empêcher l'accès d'un groupe religieux, comme c'est le cas dans les exemples cités, n'est pas légal. Cependant, ces actes ne peuvent être punis que par la loi qui interdit de porter atteinte aux sentiments religieux d'une communauté. Un mécanisme qui est très inadapté.

Pression pour punir les discriminations

Des avocats et militants, au sein de la Commission nationale pour les minorités, font pression depuis de nombreuses années pour faire adopter une loi spécifique contre la discrimination dans l'accès au logement, qui créerait un mécanisme de répression plus adapté pour les victimes, davantage craint par les propriétaires et les promoteurs et qui pourrait centraliser ces informations, pour informer les minorités sur leurs droits. Ce système a été mis en place aux Etats-Unis, où la communauté noire faisait face aux même problèmes et cela semble avoir amélioré la situation. Cette loi, cependant, n'a pas encore été rédigée et il faudra donc encore attendre de longues années avant de la voir appliquer en Inde.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail