Corée du Sud

A Séoul, comment réagissent les Sud-Coréens face au coronavirus MERS?

Les footballeurs de la sélection nationale sud-coréenne n'échappent pas aux mesures de sûreté face à la présence du coronavirus MERS sur le territoire national. Photo: Incheon, 8 juin 2015.
Les footballeurs de la sélection nationale sud-coréenne n'échappent pas aux mesures de sûreté face à la présence du coronavirus MERS sur le territoire national. Photo: Incheon, 8 juin 2015. REUTERS/Jeon Su-young/Yonhap
Texte par : RFI Suivre
3 mn

En Corée du Sud, le bilan de l’épidémie de coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS-CoV) s’est alourdi ce mardi 9 juin 2015 avec une 7e victime. La ville de Hong Kong a déconseillé à ses ressortissants de se rendre en Corée. Le gouvernement sud-coréen, épaulé par une équipe de l’OMS venue en renfort, multiplie pourtant les appels au calme et rappelle que personne n’a été contaminé en dehors des hôpitaux. Mais beaucoup de Coréens ne sont pas convaincus.

Publicité

Avec notre correspondant à Séoul,  Frédéric Ojardias

Il règne un calme inhabituel dans les rues du centre-ville de Séoul. Moins de monde dans les restaurants, dans les magasins... M. Jang, 54 ans, est vendeur de légumes. « C’est grave, dit-il, j’ai moitié moins de clients que d’habitude. La situation est sérieuse. Le gouvernement n’a pas réagi au début de la crise pour empêcher le virus de se propager. C’est vraiment affligeant. »

« On ne peut pas faire confiance au gouvernement, tranche pour sa part Mme Lee, 60 ans. Même s’il dit que tout va bien aller, je le crois pas. Même s’il donne la liste des hôpitaux touchés par le MERS, moi je n’ose pas aller dans aucun hôpital. » Et cette habitante de Séoul de lâcher dans un rire nerveux : « J’ai honte ! Je suis une patriote, et j’ai honte de ce qui se passe ! »

« Je n’ai pas peur du tout, relativise quant à lui M. Lee, un autre passant de 70 ans. Ce sont les médias qui exagèrent le danger et qui en parlent trop. La conséquence, c’est que beaucoup de touristes venus de Chine, du Japon, de Taiwan, d’Asie du Sud-Est, annulent leur voyage en Corée. Et ça, cela nuit gravement à notre économie ! »

Les seules à faire des affaires, ce sont les pharmacies. Les masques pour le visage et les désinfectants pour les mains sont en rupture de stock. Le pays compte désormais 95 personnes infectées, 2 900 mises en quarantaine et 2 200 écoles fermées. Même si les Sud-Coréens sont sceptiques, le gouvernement se veut rassurant. Il a annoncé espérer une baisse du nombre de nouvelles contaminations dès cette semaine.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail