Chine

Chine: Ai Weiwei a récupéré son passeport

Le «selfie» d'Ai Weiwei exhibant le passeport qui lui a été remis, diffusée sur Instagram le mercredi 22 juillet.
Le «selfie» d'Ai Weiwei exhibant le passeport qui lui a été remis, diffusée sur Instagram le mercredi 22 juillet. DR / Instagram

« Aujourd’hui, j’ai récupéré un passeport. » C’est avec une photo sur son compte Instagram qu’Ai Weiwei a annoncé la nouvelle, mercredi : après quatre ans, les autorités chinoises ont rendu le passeport qu’elles avaient confisqué à l’un des artistes chinois contemporains les plus mondialement connus.

Publicité

Avec notre correspondante à Pékin,  Heike Schmidt

600 fleurs pour 600 jours sans passeport. En novembre 2013, Ai Weiwei avait commencé à protester à sa façon contre l’interdiction de voyager en mettant quotidiennement un bouquet de fleurs dans le panier d’un vélo garé devant son atelier à Pékin. Des fleurs qui ont fait le tour du monde grâce aux réseaux sociaux, pendant que l’artiste lui-même était confiné en Chine. Hier, après avoir publié un « selfie » avec son passeport flambant neuf, Ai Weiwei a ajouté une autre image, celle de son vélo, sans le bouquet de fleurs.

今天是第六百天啦

Une photo publiée par Ai Weiwei (@aiww) le

L’artiste chinois avait été arrêté en juin 2011 par la police, les autorités chinoises accusant ce dissident de fraude fiscale. Il n’a été relâché que trois mois plus tard, mais son passeport avait été confisqué. Depuis, impossible pour le peintre, sculpteur et plasticien - et même chanteur - de quitter la Chine et de se rendre aux nombreuses expositions qui lui ont été consacrées à travers le monde, dont la très grande exposition de ses œuvres organiséee en avril 2014 à Berlin. A cette occasion, l'artiste avait d'ailleurs dénoncé la confiscation de son passeport et son interdiction, de fait, de sortie du territoire. « J’ai demandé à de multiples reprises qu’on me le rende, mais je n’ai jamais reçu une réponse claire. J’ai beaucoup de projets à l’étranger. Des expositions et un engagement à l’Ecole des arts en Allemagne. J’ai besoin de voyager, et pour cela il me faut mon passeport ! », avait-il déclaré dans une vidéo publiée sur le site du Spiegel.

Redevenu libre de voyager, c’est justement à Berlin qu’Ai Weiwei devrait se rendre en premier, pour retrouver son fils qui vit dans la capitale allemande. L’artiste est tombé en disgrâce aux yeux du pouvoir chinois pour avoir critiqué le gouvernement pour sa mauvaise gestion du tremblement de terre de 2008, qui avait fait 70 000 morts dans le Sichuan.

 ► A (RE)LIRE : Un entretien exclusif accordé par Ai Weiwei à RFI en 2013. « Dans ce genre d’affaire politique, la haine est la base de tout. Vous ne savez pas combien ils vous haïssent et ce qui a déclenché cette haine», disait-il alors.

今天,我拿到了护照。

Une photo publiée par Ai Weiwei (@aiww) le

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail