Accéder au contenu principal
Chine

Catastrophe de Tianjin en Chine: une exigence d'information

Le Premier ministre Li Keqiang s'est rendu à Tianjin sur le site de la catastrophe dimanche 16 août et a tenté de rassurer les familles des victimes.
Le Premier ministre Li Keqiang s'est rendu à Tianjin sur le site de la catastrophe dimanche 16 août et a tenté de rassurer les familles des victimes. Reuters
Texte par : RFI Suivre
7 mn

Un haut gradé de l'armée chinoise a confirmé dimanche l'existence de centaines de tonnes de cyanure de sodium, un produit hautement toxique et explosif au contact de l'eau, sur le port de Tianjin. Des produits probablement à l'origine de la catastrophe de mercredi dernier qui a provoqué la mort de plus de 110 personnes. Le Premier ministre Li Keqiang s'est rendu sur place pour rassurer les populations qui s'inquiètent du sort de leurs proches disparus, des risques de contamination et de leur relogement. Et le ton monte, y compris dans la presse.

Publicité

Avec nos correspondantes, Delphine Sureau et Heike Schmidt

Le drame de Tianjin fait encore les gros titres de la presse chinoise aujourd’hui. Les photos du Premier ministre en visite sur les lieux pour rencontrer les victimes et inspecter les opérations de secours sont partout. Mais, fait rare en Chine où la presse est totalement sous contrôle de l’Etat, les éditorialistes dénoncent la piètre gestion de crise des responsables locaux : manque de transparence, questions restées sans réponse, absence de responsables sur les lieux du drame...  les journaux chinois ne se montrent pas tendres avec les autorités locales.

« Les officiels de Tianjin peinent à communiquer » s’énerve le Global Times dans son éditorial, qui critique une réaction « inadéquate » à un tel désastre. Le journal proche du parti communiste souligne que dans l’ère internet la gestion de crise « ne dépend pas seulement de faits mais aussi de l’opinion publique ». Le China Daily, lui, trouve que trop de questions restent en suspens et surtout celle-ci : « Comment des produits chimiques tellement dangereux ont pu obtenir l’autorisation d’être stockés si proche des habitations ? » Le quotidien réclame une enquête complète et transparente capable de répondre aux questions du public et pour dissiper le mystère des explosions. Sinon des théories de complot vont se répandre craint le journal. Fait rarissime, même le porte-voix du parti communiste, Le Quotidien du Peuple rejoint les critiques, estimant qu’ « informer le public est aussi urgent qu’éteindre le feu ».

L'eau, un danger supplémentaire

Il y a deux jours, la presse chinoise annonçait déjà que 700 tonnes de cyanure de sodium étaient stockées sur le port de Tianjin avant les explosions. Mais dimanche, c'était la première fois qu'un haut responsable confirmait cette information formellement. Le chef d'état-major de la région militaire de Pékin a indiqué que du cyanure de sodium avait été repéré en deux endroits du site et qu'il est en cours de nettoyage.

Maintenant que c'est confirmé, on fait bien entendu beaucoup plus attention. Tous les gens que je connais ont acheté des masques...

Maya Orgogozo

3 000 soldats et des spécialistes, armés de masques à gaz, cherchent toujours ces produits toxiques sur le site des explosions. Une course contre la montre s'est engagée car il faut nettoyer la zone avant que la pluie n’arrive. D'une part la pluie pourrait s’infiltrer dans les canalisations et polluer l’eau potable. Jusqu’à présent, les autorités assurent que des échantillons d’eau prélevés dans la rivière proche du site de l’accident n’ont montré aucune contamination grave. L’ONG Greenpeace a toutefois appelé les responsables de mener une étude plus exhaustive pour savoir quels sont les produits chimiques dangereux présents dans l’air et dans l’eau – et de rendre ces informations publiques.

D'autre part, en contact avec l’eau, certains des produits pourraient causer de nouvelles explosions ou produire des gaz dangereux pour la santé. Le cyanure de sodium dégage au contact de l'eau du cyanure d'hydrogène, un gaz toxique et inflammable.

La confirmation de la présence de cyanure de sodium sur le site renforce la théorie selon laquelle les pompiers, appelés pour éteindre un incendie sur le port, seraient à l'origine de la double explosion de mercredi soir. Ces pompiers, jeunes pour la plupart et en contrat précaire, n’auraient pas été assez expérimentés pour sécuriser cette zone à haut risque.

Hommage du Premier ministre aux pompiers

A Tianjin en Chine, le Premier ministre Li Keqiang s'est rendu dimanche après-midi sur le site. En chemise blanche - signe de deuil en Chine - il s'est incliné trois fois devant les cercueils des pompiers victimes de la catastrophe avant de promettre aux survivants tout le soutien de l'Etat.

« Les pompiers ont payé un lourd tribut, la situation a été compliquée, avec un grand nombre de différents produits chimiques impliqués dans les explosions, a déclaré le Premier ministre. Nous revenons tout juste du quartier général des pompiers pour présenter nos condoléances à tous les pompiers, qu'ils soient employés par l'Etat ou par des entreprises privées. Tous sont des héros et recevront donc le même traitement, car ils ont fait preuve de responsabilité et sacrifié leur vie. Ils ont mérité nos honneurs. Leurs familles seront récompensées. Par ailleurs, nous mènerons une enquête approfondie pour connaître les raisons de ces explosions et pour punir sévèrement les responsables. »

Soixante-quatre pompiers manquent encore à l'appel. Leurs familles, épuisées après quatre jours d'attente, ont encore manifesté dimanche, exigeant que l'on retrouve leurs proches disparus qu'ils soient vivants ou morts. Les riverains qui ont été évacués samedi sont inquiets pour leurs proches, leur santé, mais aussi pour leurs biens. Ils ont manifesté encore dimanche pour exiger que l’Etat rachète leurs appartements, endommagés et désormais sans la moindre valeur.

Les familles des disparus et des victimes de la catastrophe de mercredi dernier manifestent à Tianjin dimanche 16 août pour exiger des informations sur les circonstances de l'accident et le sort de leurs proches.
Les familles des disparus et des victimes de la catastrophe de mercredi dernier manifestent à Tianjin dimanche 16 août pour exiger des informations sur les circonstances de l'accident et le sort de leurs proches. Reuters

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.