Chine

La mauvaise santé économique de la Chine inquiète le monde entier

Une salle de marchés à Pékin. Les exportations se sont effondrées de plus de 8% en un an.
Une salle de marchés à Pékin. Les exportations se sont effondrées de plus de 8% en un an. Photo: Reuters

Les Bourses européennes étaient toutes à la baisse ce vendredi 21 août au matin, dans le sillage des Bourses asiatiques. Les investisseurs sont notamment inquiets de la mauvaise santé économique de la Chine : l'indice de l'activité manufacturière du pays a de nouveau chuté en août. Celle-ci atteint son plus bas niveau depuis six ans.

Publicité

C'est le sixième mois de suite que l'industrie manufacturière chinoise est en contraction. Ce mois-ci, d'après les premiers chiffres – provisoires –, l'indice de référence a même particulièrement chuté. Ce qui signifie notamment une baisse des commandes passées aux entreprises.

Certes, des facteurs conjoncturels expliquent une partie de cette forte contraction d'août 2015. L'explosion à Tianjin, notamment, a paralysé une partie de l'économie au nord du pays. Et des usines ont été mises à l'arrêt à Pékin, pour s'assurer un air plus pur en vue des mondiaux d'athlétisme. Néanmoins, ces mauvais chiffres sont à rapprocher d'autres indicateurs, qui sont le signe d'une activité économique ralentie. Les exportations se sont effondrées de plus de 8 % en un an, d'après les chiffres de juillet 2015. Tandis que la demande intérieure s'effrite.

Pour l'heure, Pékin a réussi à stabiliser sa croissance à 7 % au deuxième trimestre. Mais c'est surtout dû à des assouplissements monétaires et à l'abaissement de ses taux d'intérêts. Quant à la dévaluation du yuan, décidée récemment, elle ne devrait pas avoir d'effet sur la croissance avant 2016.

Les bourses européennes vacillent

L'essoufflement du moteur chinois a entraîné un mouvement d’inquiétude sur les marchés financiers. Dans le sillage des bourses asiatiques qui ont sensiblement reculé, les bourses européennes étaient toutes à la baisse. Alors que la bourse de Shanghaï perdait 4 %, le Japon et Taïwan 3 %, les bourses européennes poursuivaient leur mouvement à la baisse dans la crainte du ralentissement de l'économie chinoise qui se confirme de jour en jour. Les indices étaient en recul partout en Allemagne, en France, au Royaume-Uni, en Italie, en Espagne, en Suisse.

A Paris, l'indice CAC 40 accuse 7 % de recul depuis le début du mois et à ce rythme-là, il pourrait bien atteindre sa plus mauvaise performance depuis 2011. Même chose pour l'indice européen Stoxx 600, ce qui démontre bien l'inquiétude croissante des marchés face à la conjoncture chinoise.

Les secteurs les plus touchés sont l'automobile, car la Chine est le premier marché mondial pour les constructeurs. Vient ensuite le pétrole avec des risques de surproduction si la consommation chinoise décroit. Les analystes tentent de se rassurer en soulignant qu'en cette période de vacances, en Europe, les échanges se réduisent à de faibles volumes et ils espèrent un retour progressif à plus de sérénité dans les prochaines semaines.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail