Accéder au contenu principal
Thaïlande

Attentat en Thaïlande: la police sur la piste des «Loups gris» turcs

Sur les lieux de l'attentat à Bangkok, des agents des forces de sécurité recueillent des indices.
Sur les lieux de l'attentat à Bangkok, des agents des forces de sécurité recueillent des indices. REUTERS/Kerek Wongsa
Texte par : RFI Suivre
2 mn

C’est un nouvelle piste de l’enquête sur l’attentat du 17 août à Bangkok : celle des « Loups gris », groupe ultra-nationaliste turc qui a pris fait et cause pour les Ouïghours. La police thaïlandaise n’en a pas parlé publiquement, mais étudie cette hypothèse, « la plus probable » selon un expert renommé des questions de sécurité basé à Bangkok.

Publicité

Avec notre correspondant à Bangkok,  Arnaud Dubus

Quel rapport peut-il y avoir entre l’attentat de Bangkok du 17 août et les Loups gris, un groupe turc ultra-nationaliste et teinté d’islamisme, très actif dans les années 1970, qui avait été impliqué en 1980 dans la tentative d’assassinat de Jean-Paul II ? Selon Anthony Davis, consultant sur les questions de sécurité auprès du groupe Jane’s Defence, le rapport pourrait venir de ce que les Loups gris ont adopté, depuis la fin des années 2000, la cause des Ouïghours, population de musulmans du nord-ouest de la Chine opprimés par les autorités de Pékin.

Solidarité des Turcs extrémistes avec les Ouïghours

En juillet, la Thaïlande a déporté 109 Ouïghours vers la Chine, séparant les familles et laissant les femmes et les enfants partir en Turquie. La fureur des ultra-nationalistes turcs a été telle qu’ils ont mis à sac le consulat thaïlandais à Istanbul. Ils s’en sont également pris à des touristes asiatiques, qu’ils croyaient - à tort - être des Chinois. Selon Anthony Davis, le fait que de nombreux touristes chinois fréquentaient le sanctuaire hindouiste de Bangkok, où l’attentat a eu lieu, est une « indication significative ». L’explosion a tué 20 personnes, dont 14 étrangers, et blessé plus d’une centaine de personnes.

Autre fait qui tendrait à valider la thèse de la piste des Loups gris : la police thaïlandaise a discrètement montré un passeport turc ces derniers jours aux taxis de la ville, afin d’essayer d’identifier le principal suspect. Il n’y a cependant pour l’instant aucune confirmation officielle quant à cette hypothèse.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.