Accéder au contenu principal
Nepal / Inde

Le Népal sous pression indienne

Le manque d'approvisionnement en essence est en train de paralyser le Népal : les transports publics, notamment les bus, sont limités, la circulation des ambulances pourrait même être affectée.
Le manque d'approvisionnement en essence est en train de paralyser le Népal : les transports publics, notamment les bus, sont limités, la circulation des ambulances pourrait même être affectée. REUTERS/Navesh Chitrakar
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le Premier ministre népalais Sushil Koirala a déposé sa candidature à sa propre succession samedi 10 octobre, à la veille de l'élection du nouveau Premier ministre par le Parlement. La situation du pays devient de plus en plus préoccupante.

Publicité

Avec notre correspondant à New Delhi, Sébastien Farcis

Le manque d'approvisionnement en essence est en train de paralyser tout le pays et de mettre en péril l'accès aux services de base. Les populations des plaines, dans le sud du pays, demandent des modifications à la nouvelle Constitution et bloquent le passage de la majorité des camions venant d'Inde depuis environ deux semaines. De son côté, New Delhi, qui contrôle la quasi-totalité de l'approvisionnement en pétrole du Népal, empire ce blocage en n'envoyant plus aucune citerne.

Le Népal vit une situation de pénurie qui semble sortie d'un film d'apocalypse. A Katmandou, les queues devant les stations essence s'étirent sur plus d'un kilomètre. Un chauffeur de taxi confie que cela fait 8 jours qu'il attend à la pompe et il n'a toujours pas reçu de carburant. Du coup, le prix de la course a été multiplié par cinq. Beaucoup d'écoles sont fermées, car elles ne peuvent plus opérer le ramassage scolaire et la circulation des ambulances pourrait être affectée.

L'Inde affirme que le pays n'opère pas de blocus, mais cela est peu crédible : certains postes de frontières n’étant pas entravés par les manifestants, ses camions pourraient donc les emprunter. Mais New Delhi semble appuyer la cause de ces Madhesis, les populations des plaines, voisines de l'Inde, qui veulent un redécoupage des nouveaux Etats fédérés et plus de représentation au Parlement.

La haine des Népalais envers les Indiens grandit. Le gouvernement cherche à s'approvisionner par différentes sources, ce qui sera compliqué. Le seul autre pays frontalier est la Chine, mais la route qui y mène à travers l'Himalaya est toujours bloquée depuis le séisme d'avril dernier.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.