Accéder au contenu principal
Afghanistan

Afghanistan: deux policiers espagnols tués dans une attaque des talibans

Des membres de l'unité de crise arrivent sur les lieux de l'attentat, à Kaboul, le 11 décembre 2015.
Des membres de l'unité de crise arrivent sur les lieux de l'attentat, à Kaboul, le 11 décembre 2015. REUTERS/Omar Sobhani

Deux policiers espagnols ont été tués vendredi dans une attaque à la voiture piégée revendiquée par les talibans à Kaboul. Le bilan provisoire fait aussi état de six blessés. L'explosion s’est produite en fin de journée à l’heure de pointe dans un secteur très surveillé, proche du quartier des ambassades et des ministères.

Publicité

Le quartier de Sherpur abrite les bureaux de plusieurs ONG étrangères, les domiciles de hauts responsables afghans, et plusieurs ambassades. La voiture piégée a explosé à proximité de la représentation diplomatique espagnole, laissant croire, dans un premier temps, qu’elle avait été prise pour cible. En réalité, les talibans affirment avoir visé une maison d'hôtes fréquentée par des étrangers. L’explosion, violente, a été suivie de coups de feu intenses.

D'après la police afghane, trois talibans au moins sont impliqués dans l'attaque. Le vice-ministre de l'Intérieur affirme que deux des assaillants ont été tués par des tireurs d'élite et un troisième, blessé.

Reprise des pourparlers de paix

Cet attentat se produit trois jours après l’assaut meurtrier contre l'aéroport de Kandahar, dans le sud du pays, où 50 personnes, civils et membres des forces de sécurité avaient été tuées.

Jusque-là, la capitale afghane avait connu quelques mois de calme relatif. Mais la tension est montée d’un cran, alors que le président est rentré d'Islamabad, où il a assisté à une conférence destinée à relancer des pourparlers de paix. Le chef de l’Etat afghan, Ashraf Ghani, partisan d’une politique d’ouverture envers Islamabad, qui exerce une influence sur les talibans, se heurte à de fortes réticences dans son pays. Jeudi, en signe de protestation contre cette politique d'ouverture, son chef du renseignement a démissionné.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.