Accéder au contenu principal
Afghanistan

Afghanistan: la culture du pavot en forte baisse

Un membre des forces de sécurité afghanes dans un champs d'opium en Afghanistan (photo d'illustration).
Un membre des forces de sécurité afghanes dans un champs d'opium en Afghanistan (photo d'illustration). unmultimedia.org
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Pour la première fois en six ans, la culture du pavot et la production d’opium ont reculé en Afghanistan. Selon le nouveau rapport annuel de l’ONU, les phénomènes agricoles et climatiques sont à l’origine de cette baisse.

Publicité

La baisse est de l’ordre de 19% pour les surfaces consacrées à la culture du pavot et de 48% pour la production d’opium. A y regarder de plus près, cette chute spectaculaire est intervenue entre 2014 et 2015. Elle n’a donc rien à voir avec la décennie de coûteuses campagnes internationales d’éradication. Cette baisse serait due, selon l’agence des Nations unies contre la drogue et le crime, à des phénomènes climatiques. Les résultats ont été obtenus à partir d’informations recueillies sur le terrain et d’images satellites.

Selon les experts onusiens, c’est le manque d’eau pour irriguer les terres qui aurait poussé certains paysans à se détourner de la culture du pavot. Pour certains observateurs, la campagne d’éradication, lancée il y a cinq ans par le gouvernement afghan dans la province de Helmand, aurait commencé à porter ses fruits. Privés de terres, des cultivateurs ont été déplacés vers le nord de la province, une région désertique où la culture du pavot n’a fonctionné qu’un temps.

La province de Helmand, connue comme le berceau des talibans, n'en perd pas pour autant son titre de leader incontesté dans la culture du pavot. Selon le chef de l’ONUDC, la région couvre à elle-seule la totalité de la demande mondiale.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.