Accéder au contenu principal
Chine

La marine chinoise confirme la construction d'un deuxième porte-avions

Le premier porte-avions de la marine chinoise, le Liaoning, photographié à Dalian le 6 juillet 2014.
Le premier porte-avions de la marine chinoise, le Liaoning, photographié à Dalian le 6 juillet 2014. CHINA OUT AFP PHOTO
Texte par : RFI Suivre
3 mn

La Chine est en train de construire son second porte-avions, a annoncé jeudi 31 décembre le ministère de la Défense. Un navire de 50 000 tonnes de déplacement, un peu plus gros que le fleuron français Charles-de-Gaulle. Le nouveau vaisseau sera cependant à propulsion classique, et non nucléaire. Il s'agit du premier porte-avions fabriqué à 100 % par la Chine.

Publicité

Il y a quelques mois, les satellites occidentaux avaient découvert une coque de grande dimension en cours d'assemblage dans le port de Dalian, dans le nord-est de la Chine. Et l'information avait alimenté les spéculations autour de la fabrication d'un deuxième porte-avion chinois.

Désormais, le ministère chinois de la Défense confirme l'existence de ce bateau, même s'il est encore loin d'être achevé. Alors que le premier porte-avions chinois, le Liaoning, avait été extrapolé d'un navire soviétique cédé par l'Ukraine, le nouveau fleuron sera quant à lui de fabrication chinoise à 100 %.

Pékin renforce considérablement les capacités de sa marine, et notamment de sa flotte de surface. Sur fond de contentieux maritimes avec nombre de ses voisins, la République populaire de Chine compte bien peser dans la région.

Course à l'armement dans les mers de Chine

Pour Cyril Coutansais, directeur de recherche au Centre français d'études supérieures de la marine (CESM), « c'est générateur de tensions, d'autant plus que finalement, c'est la seule zone où le conflit de 1945 n'est pas totalement soldé ».

Et de rappeler quelques éléments de contexte : « On a encore des querelles de frontières. Le Japon et la Chine sont en bisbille (...) Le Japon ne s'entend pas très bien non plus avec la Corée du Sud. Il y a une espèce de course à l'armement naval dans la zone, l'expansion de la marine chinoise entraînant des effets en chaîne. »

Le chercheur évoque notamment la position de pays comme le Vietnam, « qui cherche à moderniser ses forces navales » à l'image de tous les pays de la zone. Le Vietnam qui reçoit en ce moment son cinquième sous-marin de la classe Kilo, de fabrication russe. Une arme justement redoutable contre les porte-avions.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.