Inde

Inde: un groupe hospitalier pour les pauvres fait son entrée en bourse

Des patients attendent une consultation avec les docteurs de l'hôpital Bangalore, le 7 février 2013 (photo d'illustration).
Des patients attendent une consultation avec les docteurs de l'hôpital Bangalore, le 7 février 2013 (photo d'illustration).

En Inde, le plus grand groupe hospitalier spécialisé dans les opérations cardiaques pour patients peu fortunés vient de lever plus de 110 millions d'euros depuis son entrée en bourse à la mi-décembre. Les investisseurs se précipitent sur cette opportunité. En deux semaines, l'action s'est appréciée de 38%. Pour le Dr Shetty, créateur de cet empire, l'entrée en bourse profitera aux plus pauvres.

Publicité

De notre correspondant à New Delhi

C'est l'un des plus grands groupes hospitaliers d'Inde par nombre de patients, avec 28 centres dans le pays. Son principal hôpital de Bangalore compte 1000 lits et pratique 30 opérations du cœur par jour. En tout, ce groupe appelé Narayana Hrudayalaya réalise chaque année 12 % des opérations cardiaques en Inde, soit davantage que la Malaisie et Singapour réunis.

Des opérations du coeur à 2000 euros en moyenne

Cette démesure n'est pas uniquement destinée à faire du profit. Le principe fondateur du Dr Shetty, l'ancien médecin personnel de Mère Teresa et créateur de cet empire, est au contraire de pratiquer un maximum d'opérations pour réaliser des économies d'échelle. Les coûts de fonctionnement, comme la climatisation par exemple, sont réduits. Les machines sont achetées en grand nombre et donc à des prix très bas, pour être ensuite très utilisées et rapidement rentabilisées. Cela permet finalement de facturer environ 2000 euros en moyenne une opération du cœur, soit entre dix à cinquante fois moins qu'aux Etats-Unis. Surtout, près d'un tiers de ces patients ne paient pas car ils bénéficient d'une assurance que ce groupe a mis en place, qui coûte quatre euros par mois. L'objectif final est donc d'offrir des soins essentiels à des dizaines de millions d'Indiens qui ne peuvent pas se le permettre.

Ce modèle, partiellement philantropique, semble être assez rentable pour entrer en bourse pensent les investisseurs. D’ailleurs, la demande est tellement forte depuis son entrée il y a deux semaines que l'action s'est appréciée de 38%. Le modèle semble en effet fiable : les patients les plus riches, qui bénéficient d'une assurance, paient eux plus de 5000 euros pour une opération du cœur, soit trois fois le coût de revient. Les profits consolidés de la société ont ainsi cru de 2,3% par an en moyenne depuis cinq ans.

Quatre nouveaux hôpitaux dans les deux ans à venir

La réussite de cette formule quasiment industrielle a valu au Dr Shetty le titre de Henry Ford des opérations cardiaques. Selon lui, l’entrée en bourse ne devrait pas réduire la dimension philanthropique de son modèle. Bien au contraire. Les millions d'euros qu'il lèvera via ce procédé lui permettront d'ouvrir quatre nouveaux hôpitaux dans les deux ans à venir. Du reste, seulement 12% de ce capital a été vendu, le Dr Shetty et sa femme ont gardé 62% des parts, une majorité qui devrait lui laisser une certaine liberté d'action.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail