Accéder au contenu principal
Népal / Politique / Questions sociales

Népal: les Madhesis rejettent l’amendement à la Constitution

Des contestataires brûlent le projet de Constitution à Katmandou, le 21 juillet 2015.
Des contestataires brûlent le projet de Constitution à Katmandou, le 21 juillet 2015. AFP PHOTO/ Prakash MATHEMA
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Au Népal, un amendement à la nouvelle Constitution a été voté, le samedi 23 janvier, par le Parlement. L’objectif : une meilleure intégration politique de la population des Madhesis. Mais celles-ci rejettent ce vote car elles le jugent discriminant.

Publicité

Ce samedi 23 janvier, le Parlement népalais a voté un amendement à la nouvelle Constitution afin de tenter de mettre un terme à un conflit qui oppose depuis des mois le gouvernement à une minorité ethnique en quête de reconnaissance politique ; ceux-ci, les Madhesis ne veulent pas de la décision du Parlement népalais. Ce premier amendement à la Constitution doit pourtant permettre leur présence dans les assemblées, avec une représentation proportionnelle.

Les deux tiers du Parlement se sont montrés favorables à cet amendement (461 voix pour, 7 contre, et 128 abstentions). Mais, en complément, les manifestants réclament une modification des frontières intérieures. Pour cause, la réforme constitutionnelle divise la région du sud en plusieurs Etats fédérés. Conséquence : leur représentation se dissout dans la masse.

Discrimination !

Les Madhesis sont d’origine indienne et vivent principalement dans le sud du Népal. Ils représentent un quart de la population du pays. Mais ils se disent discriminés, et il est difficile pour eux de se faire employer. Début octobre 2015, afin de se faire entendre, ils avaient bloqué le principal point de passage frontalier au sud du Népal. Un lieu stratégique : 60% des importations du pays passent par ce point, à commencer par le pétrole.

L’amendement à la Constitution avait pour but de calmer cette crise qui dure depuis septembre 2015. Les affrontements entre la police et les manifestants ont déjà provoqué la mort de 50 personnes.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.