Accéder au contenu principal
Japon

Le Japon à nouveau frappé par un séisme, des dégâts considérables

Les violents séismes des 15 et 16 avril ont entraîné des glissements de terrain, comme ici dans le village de Minamiaso, dans la préfecture de Kumamoto, dans le sud du Japon.
Les violents séismes des 15 et 16 avril ont entraîné des glissements de terrain, comme ici dans le village de Minamiaso, dans la préfecture de Kumamoto, dans le sud du Japon. Mandatory credit REUTERS/Kyodo
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Un deuxième séisme de magnitude 7,3 sur l'échelle de Richter a frappé l'île de Kyushu, dans le sud-ouest du Japon, dans la nuit de vendredi 15 à samedi 16 avril. L'épicentre est situé près de la ville de Kumamoto. Ce séisme survient plus de 24 heures après une première secousse de magnitude 6,5. Les deux séismes ont fait au moins 29 morts et plus d'un millier de blessés ces deux derniers jours dans la même région.

Publicité

Avec notre correspondant à Tokyo,  Frédéric Charles

Ce deuxième séisme est plus puissant que le précédent et a frappé la même région de Kumamoto, située à un millier de kilomètres au sud de Tokyo et sur une plus vaste étendue. Il a été ressenti dans les localités de Chuo Ward, Kumamoto et Kikuchi, autour de la préfecture de Kumamoto. La télévision japonaise NHK a fait état d'au moins neuf morts et près de 760 blessés. Un hôpital de Kumamoto menaçant de s'effondrer a également été évacué.

Cette nouvelle secousse a terrifié vers 1h25 du matin (heure locale, 16h25 TU) les 750 000 habitants de la ville de Kumamoto. Choqués, beaucoup d’entre eux sont sortis en courant dans les rues. Toute la ville est privée d’électricité, près de 80 personnes dont une dizaine d'étudiants étaient toujours coincées sous les décombres d’immeubles d’habitation, ce samedi, alors que la terre continuait de trembler.

Des centaines de répliques ont été enregistrées, dont deux d’une magnitude de 6 sur l’échelle de Richter. Les télévisions ont montré depuis des hélicoptères des glissements de terrain, des coulées de boue, un pont détruit, un tunnel qui s’est effondré, des incendies. Une alerte au tsunami a également été lancée avant d’être levée.

Plus de 140 séismes

Au total, depuis jeudi, le Japon a enregistré plus de 140 séismes. Dans la nuit de jeudi à vendredi, les plus violents avaient atteint une magnitude de 6,5 et fait neuf morts et plus de 1 000 blessés.

Ce deuxième séisme a développé une énergie encore plus formidable que la précédente. Ses vibrations ont été aussi fortes que celles qui ont frappé le nord-est du Japon et la région de Fukushima il y a cinq ans. Parce que l'épicentre est situé à une très faible profondeur, 10 km, juste sous la ville de Kumamoto, à un millier de km au sud-ouest de Tokyo.

Mais ce qui inquiète depuis l'immense tremblement de terre de Fukushima en 2011, c'est bien évidemment l'état des centrales nucléaires. Il y en a deux sur l'île de Kyushu, dont une qui abrite les deux seuls réacteurs encore en service au Japon, sur les 54 que compte l'archipel. Aucune anomalie n’a pour autant été signalée dans la centrale de Sendai qui abrite ces deux réacteurs en activité. Les deux autres centrales de la région n'ont pas été affectées.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.