Hiroshima

Hommage d’Obama aux victimes d’Hiroshima: la Chine n’est pas contente

Barack Obama prend dans ses bras un survivant d'Hiroshima, le 27 mai 2016.
Barack Obama prend dans ses bras un survivant d'Hiroshima, le 27 mai 2016. REUTERS/Carlos Barria

Pékin a suivi de très près la visite et le discours de Barack Obama à Hiroshima, en marge du sommet du G7. Dans son discours, le président américain a rendu hommage aux victimes japonaises du 6 août 1945. Et cela provoque des réactions. La Chine n’est pas contente et elle le fait savoir.

Publicité

Avec notre correspondante à Shanghai, Angélique Forget

Quelques heures à peine après le discours de Barack Obama, le ministre des Affaires étrangères chinois Wang Yi lançait au milieu d’une horde de caméras : « Il faut bien sûr se souvenir d’Hiroshima, mais il faut encore moins oublier le massacre de Nankin ».

Une vague de pillages, de viols et d’exactions commis par l’armée japonaise en 1937 dans l’ancienne capitale chinoise et qui aurait causé la mort de 42 000 à 300 000 personnes selon les sources. « Il faut rendre hommage aux victimes, mais il faut aussi que les bourreaux reconnaissent leur responsabilité », a ajouté Wang Yi.

La Chine attaque ainsi sans le nommer son voisin et ennemi juré : le Japon. L’agence officielle Xinhua estime elle qu’avec la visite du président américain, le Japon veut se faire passer pour une victime de la Seconde Guerre mondiale alors qu’elle en est l’un des bourreaux.

Pékin sait bien que les discussions du G7 ont largement tourné autour de la situation et des tensions en mer de Chine. Des tensions qui l’opposent justement au Japon. Alors cela l’agace. Deux jours avant l’ouverture du sommet, Pékin avait d’ailleurs sommé les participants de se mêler de leurs affaires.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail