Pakistan / Société

Crime d'honneur au Pakistan: émoi après le meurtre d'une adolescente par sa mère

Hassan Khan montre la carte d'identité de sa femme Zeenat Bibi, assassinée par sa propre mère à Lahore, au Pakistan, le 8 juin 2016.
Hassan Khan montre la carte d'identité de sa femme Zeenat Bibi, assassinée par sa propre mère à Lahore, au Pakistan, le 8 juin 2016. AFP/STR

Un nouveau crime dit d'honneur au Pakistan a provoqué une vague d'indignation et relancé les appels à une réforme de la loi. La victime: une jeune fille de 16 ans tuée par sa propre mère pour avoir épousé un camarade de classe qui déplaisait à ses proches. Etranglée et brûlée, mercredi à Lahore, Zeenat Bibi a été enterrée discrètement ce jeudi à l'aube par sa belle-famille.

Publicité

Beaucoup d'émotion ce jeudi au Pakistan après le terrible meurtre de l'adolescente : âgée de 16 ans, Zeenat Bibi a été étranglée et brûlée à Lahore, capitale culturelle du Pakistan. Son crime ? Avoir épousé à la hâte Hassan Khan, un réparateur de moto de 20 ans alors que la famille de la jeune femme a tenté en vain de faire cesser leur relation.

Selon la Fédération internationale des droits de l'homme, entre 1 200 et 1 800 personnes sont tuées chaque année au Pakistan par des proches, pour défendre l'honneur familial. Cependant, rares sont les crimes d'honneur perpétrés par des femmes, et encore moins par une mère. Hassan Khan, 20 ans a déposé une plainte pour meurtre contre la mère de son épouse. Perveen Bibi, a été immédiatement arrêtée après les faits

« Ma destinée est désormais d'obtenir justice pour Zeenat », explique le jeune veuf. La famille de la jeune fille n'a pas réclamé le corps, a affirmé la police, et la famille de son époux a enterré les restes calcinés de la jeune fille avant l'aube dans un cimetière proche de la ville.

Faire cesser « l'impunité de fait »

L'indignation est très forte dans le pays, en particulier sur les réseaux sociaux et à Karachi, la mégalopole économique de 20 millions d'habitants, où l'on demande de réformer la loi, afin de faire cesser l'impunité de fait des meurtriers, dans les crimes d'honneur. Une disposition controversée du droit islamique en vigueur, prévoit en effet que les meurtriers échappent à toute condamnation, s'ils obtiennent le pardon des proches de la victime. Le Premier ministre Nawaz Sharif s'est engagé à éradiquer ce fléau, mais aucune mesure n'a encore été prise.

« Une loi ne suffira pas à mettre fin à de tels crimes, mais l'Etat doit lutter contre ce fléau de toutes ses forces », a estimé la sénatrice Sherry Rehman. Il faut aussi sensibiliser les forces de l'ordre qui « ont tendance à considérer qu'un meurtre par un proche n'est pas un crime », a souligné Hina Gilani, militante des droits de l'homme à Lahore.

(Avec AFP)
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail