Accéder au contenu principal
Philippines

Philippines: près de 200 trafiquants et toxicomanes tués en deux mois

Aux Philippines, des corps sont retrouvés avec des pancartes où il est inscrit «je suis un dealer» ou «je suis un drogué». Ici, dans une rue de Manille, le 8 juillet 2016.
Aux Philippines, des corps sont retrouvés avec des pancartes où il est inscrit «je suis un dealer» ou «je suis un drogué». Ici, dans une rue de Manille, le 8 juillet 2016. NOEL CELIS / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Aux Philippines, 192 personnes ont été tuées en deux mois dans le cadre de la lutte contre la drogue. Elu le 9 mai dernier, le président Rodrigo Duterte avait lancé plusieurs appels à tuer les trafiquants et les drogués. Il semble donc avoir été entendu.

Publicité

Entre le 10 mai et le 10 juillet, quelque 192 trafiquants et toxicomanes ont été tués aux Philippines, indique la police. Le porte-parole du président parle d’« un succès ». Depuis début juillet, 1 800 personnes ont été arrêtées, 48 000 perquisitions ont été menées, et près de 6 000 dealers et 60 000 toxicomanes se sont rendus à la police de crainte d'être tués, complète le centre philippin du journalisme d’investigation (lien en anglais).

Le représentant du gouvernement pour les affaires juridiques a expliqué que ces meurtres étaient justifiés par la résistance des criminels lors de leur arrestation. « A mes yeux, ce n’est pas assez », a ajouté Jose Calida, invitant la police à tuer davantage. Mais la police n'est pas seule à agir, des milices multiplient aussi les descentes. Des corps ont été retrouvés avec des pancartes indiquant « je suis un drogué » ou « je suis un trafiquant ».

Des voix s'élèvent pour dénoncer une légalisation des exécutions sommaires et le risque d'un embrasement de la violence. La sénatrice d'opposition Leila de Lima a demandé une enquête parlementaire.

Alors que les Philippines ont un des taux les plus élevés au monde de consommation de méthamphétamines et sont une plaque tournante du trafic de drogue, certains soulignent que, pour éradiquer le trafic, il vaudrait mieux s'attaquer aux laboratoires des barons de la drogue, souvent d'origine étrangère, qui semblent opérer en toute impunité.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.