Accéder au contenu principal
Taïwan

Taïwan: la présidente présente ses excuses aux aborigènes

La présidente taïwanaise Tsai Ing-wen reçoit des représentants des 16 tribus aborigènes de l'île.
La présidente taïwanaise Tsai Ing-wen reçoit des représentants des 16 tribus aborigènes de l'île. AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Il s'agit d'une première à Taïwan : la présidente Tsai Ing-wen a présenté ce lundi 1er août les excuses de son gouvernement aux aborigènes pour les années de souffrance qui leur ont été infligées, leur marginalisation dans la société taïwanaise et la perte de leurs terres ancestrales.

Publicité

Une commission va être créée à Taïwan,dirigée par la présidente elle-même. Son objectif : enquêter sur ces injustices pour réduire les tensions avec la communauté aborigène, forte de 16 tribus mais qui ne représente que 2% des 23,5 millions d'habitants de l'île.

Depuis que les Néerlandais ont colonisé il y a 400 ans le territoire qui allait devenir Taïwan en faisant venir de la main-d’œuvre chinoise, les aborigènes ont perdu la plupart de leurs terres, qui sont devenues des parcs nationaux. Et ils doivent maintenant demander des permis pour pêcher, chasser et cultiver les terrains dans ces zones. Les indigènes se retrouvent marginalisés dans une société où leurs salaires sont 40% inférieurs à la moyenne nationale et leur taux de chômage plus important. Et où leur culture traditionnelle disparaît peu à peu.

Propositions insuffisantes

Tsai Ing-wen a promis d’augmenter l’autonomie des communautés, de restaurer leurs droits sur les terres et de protéger leurs langues. Mais ces propositions sont insuffisantes selon les dizaines de manifestants indigènes qui s’étaient réunis ce lundi matin devant la présidence, affirmant « ne pas être pris au sérieux ».

Il faut dire qu'en 2005 le parti de Tsai Ing-wen avait déjà fait passer une loi fondamentale sur les aborigènes qui n’a pas été suivie d’effet : nombre d'entre eux sont toujours arrêtés ou mis à l’amende pour des pêches et chasses considérées comme « illégales » et qui sont pourtant permises par cette loi.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.