Accéder au contenu principal
Pakistan / Terrorisme

Pakistan: deux attaques terroristes, au moins 13 personnes tuées

Un bénévole recueille les dépouilles après l'attaque dans le tribunal de Mardan, au Pakistan, le 2 septembre 2016.
Un bénévole recueille les dépouilles après l'attaque dans le tribunal de Mardan, au Pakistan, le 2 septembre 2016. REUTERS/Khuram Parvez
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le nord-ouest du Pakistan a subi ce vendredi 2 septembre deux attaques. La première contre une enclave chrétienne, la seconde contre un tribunal de la ville de Mardan, 60 kilomètres plus loin. Au moins treize personnes ont été tuées et des dizaines blessées.

Publicité

A Mardan, le kamikaze a forcé l’entrée du tribunal en tirant des coups de feu. Une fois au milieu de la foule, il a lancé une grenade et fait exploser sa veste. Plusieurs policiers, avocats et greffiers ont été tués.

Au début du mois d’août, la communauté des avocats avait déjà été visée, dans le sud-ouest, la ville de Quetta, là aussi par un attentat suicide qui avait fait 73 morts.

Il s’agit d’une manière pour les terroristes de viser des symboles de l’Etat. L’attaque avait été revendiquée par la Jamaat-ul-Ahrar, un groupe dissident des talibans pakistanais, qui vient de revendiquer l’attaque de Mardan, ainsi qu'un autre attentat, commis peu avant à 60 kilomètres de là.

Quatre kamikazes

En effet, quatre jihadistes ont attaqué une colonie chrétienne d’une trentaine de maisons, proche d’une zone sécurisée où l’armée et les paramilitaires ont des baraquements.

L’armée était donc rapidement sur place et, outre les kamikazes il n’y aurait qu’un mort : le garde de la colonie chrétienne.

Dans sa revendication, la Jamaat-ul-Ahrar affirme avoir tué de nombreux « infidèles ». Les chrétiens et autres minorités religieuses sont souvent visés par les islamistes dans ce pays où plus de 90% de la population est musulmane.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.