Inde / Etats-Unis

Inde: descente de police dans des «call centers» qui escroquaient des Américains

Les employés des centres d'appels se faisaient passer pour des agents du fisc américain, faisant croire que s'ils ne payaient pas une amende, ils recevraient rapidement la visite de la police.
Les employés des centres d'appels se faisaient passer pour des agents du fisc américain, faisant croire que s'ils ne payaient pas une amende, ils recevraient rapidement la visite de la police. AFP PHOTO/FILES
Texte par : Antoine Guinard
4 mn

C'est une affaire d'escroquerie massive, qui touche à la fois l'Inde et les Etats-Unis. La police indienne a arrêté des dizaines d'employés de plusieurs centres d'appels frauduleux dans une ville satellite de Bombay cette semaine. Ils sont soupçonnés d'avoir ciblé et racketté des citoyens américains en se faisant passer pour des agents du fisc. Et ce, depuis près d'un an, amassant plus de 100 000 euros par jour.

Publicité

De notre correspondant à Bombay,

L'affaire, qui a éclaté au grand jour après une importante opération policière, concerne pour l'instant au moins neuf centres d'appels, qui emploient des centaines de personnes. La police indienne a indiqué que 15 autres « call centers » dans la région de Bombay pourraient également être impliqués.

Les enquêteurs auraient eu vent de cette opération criminelle il y a une quinzaine de jours, grâce à un informateur. Une armada de 200 policiers a mené des raids dans la nuit du mercredi 5 octobre 2016 dans trois immeubles de la ville de Thane, une banlieue de Bombay. Ils ont bloqué toutes les issues et procédé à l'interpellation de plus de 700 employés.

La grande majorité de ces derniers devrait toutefois être relaxée puis appelée en tant que témoins dans cette affaire. Selon la police, le cerveau de cette escroquerie serait un citoyen américain d'origine indienne. Plusieurs personnes résidant aux Etats-Unis seraient dans le coup. Huit autres complices, qui auraient aidé à mettre en place le stratagème, auraient également été identifiés.

Des vols qui dépasseraient les 30 millions de dollars au total

L'escroquerie ciblait principalement des ressortissants américains. La stratégie était simple, osée et efficace : les employés du centre d'appels appelaient leurs victimes aux Etats-Unis en se faisant passer pour des agents de l'IRS, le fisc américain. Ils leur faisaient croire que s'ils ne payaient pas une amende, pour des impôts non réglés, ils recevraient rapidement la visite de la police.

Selon les enquêteurs, un ou deux appels sur cent s'avéraient persuasifs. Cela a suffi pour soutirer des sommes allant de 500 à 60 000 dollars à plus de 6 500 Américains, pour des gains cumulés qui dépasseraient les 30 millions de dollars.

Les noms et les numéros des victimes provenaient d'une base de données divulguée illégalement par des complices aux Etat-Unis. La plupart des employés de ces centres d'appels, qui ont souvent entre 18 et 25 ans, affirment avoir été dupés. Ils n'étaient pas conscients selon eux de commettre un délit et ont, pour l'instant, été relâchés. 

Collaboration indo-américaine dans les affaires d'escroquerie

La presse indienne décrit ce système comme l'une des plus importantes affaires de fraude jamais vues en Inde. On n'en connaît pour l'instant pas encore la véritable ampleur, mais en tout cas, ce n'est pas la première fois non plus que des centres d'appels, pour lesquels l'Inde est réputée, sont impliqués dans des escroqueries.

En début d'année par exemple, trois employés du géant informatique indien Wipro ont été arrêtés pour avoir volé des données bancaires appartenant à des clients d'une entreprise britannique qui sous-traite le soutien technique à Wipro. Des faux centres d'appels ont également été impliqués dans des arnaques à l'assurance, ciblant des ressortissants indiens.

Le gouvernement américain avait déjà pris acte de cette tendance avant cette affaire, collaborant avec l'Inde pour la combattre. L'été dernier, les autorités américaines concernées ont participé à des formations dans quatre grandes villes du pays. Ces formations visaient à développer les capacités de la police indienne à résoudre ce type d'affaires et à traduire les coupables devant la justice.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail