Pakistan

Pakistan: le Parlement adopte une loi historique contre les crimes d’honneur

Des activistes pakistanais manifestent à Islamabad en juillet 2016 après le meurtre de la star des réseaux sociaux Qandeel Baloch, tuée par son frère.
Des activistes pakistanais manifestent à Islamabad en juillet 2016 après le meurtre de la star des réseaux sociaux Qandeel Baloch, tuée par son frère. AAMIR QURESHI / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le Pakistan a adopté ce jeudi 6 octobre une loi contre les crimes d’honneur, mettant fin à la culture du pardon qui permettait aux meurtriers d’éviter le tribunal. Désormais, une fois les faits connus, il sera impossible pour les coupables d’échapper à la justice.

Publicité

Avec notre correspondant à Islamabad,  Michel Picard

Chaque année au Pakistan, des femmes sont victimes de ce que l’on appelle communément des crimes d’honneur. Sous prétexte qu’elles auraient déshonoré leur famille, ces femmes sont battues, brûlées à l’acide ou même assassinées.

L’an dernier, 1 000 sont mortes, tuées par leurs proches, pour avoir refusé un mariage arrangé, s’être enfuies avec un amant, être suspectées d’une liaison cachée ou avoir pris des décisions contrariant leurs proches. Les bourreaux peuvent être les parents, grands-parents, frères, cousins, oncles… Ils agissent en affirmant que la victime a sali le nom de la famille.

Jusqu’ici, le pardon d’un père ou d’une mère accordé au meurtrier, pouvait suffire à éviter la prison. En 2005, le Code pénal du pays a été modifié pour empêcher aux meurtriers de se soustraire à la justice sous couvert d’un pardon familial. Mais les condamnations restaient soumises à la discrétion des juges qui accordent beaucoup d’importance au pardon des parents.

Désormais, ces meurtres au nom de l’honneur jugés dans un tribunal aboutiront à la prison à vie même en cas de pardon familial. Reste à savoir si la justice pakistanaise parviendra à faire appliquer cette nouvelle législation pour s’attaquer à ce fléau sociétal en dépassant les arrangements familiaux que la loi permettait jusqu’ici.

→ Re(lire) : Pakistan: la star des réseaux sociaux Qandeel Baloch étranglée «pour l'honneur»

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail