Accéder au contenu principal
Birmanie

Birmanie: un bloc de 210 tonnes de jade découvert dans le nord du pays

Un bloc de jade a été découvert en Birmanie. Cette pierre semi-précieuse, dont raffolent les clients chinois, alimente un conflit ethnique dans le nord du pays.
Un bloc de jade a été découvert en Birmanie. Cette pierre semi-précieuse, dont raffolent les clients chinois, alimente un conflit ethnique dans le nord du pays. STR / MEMBER OF PARLIAMENT TINT SOE / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

C’est un des plus gros blocs de jade jamais découvert en Birmanie. Il pesait 210 tonnes mais a été cassé en deux morceaux. Le sol et le sous-sol birman recèlent les plus importantes réserves mondiales de cette pierre semi-précieuse dont raffolent les clients chinois. Cette pierre généralement de couleur verte alimente aussi un conflit ethnique dans le nord du pays. 

Publicité

Avec notre correspondant à Rangoon, Rémy Favre

Long de près de 6 mètres et large de plus de 4 mètres, il s’agit du plus gros bloc de jade jamais découvert en Birmanie. Il a fallu aux ouvriers deux jours pour extraire cette énorme masse de 210 tonnes, qui s’est cassé en deux fragments lorsqu’ils l’ont dégagée d’une mine à ciel ouvert de Hpakant, à l’extrême nord de la Birmanie.

Sa valeur n’a pas encore été estimée. Officiellement, les exportations du jade birman, principalement vers la Chine, rapportent un milliard de dollars par an au pays. Mais la plupart des transactions ne sont pas comptabilisées. Dans un rapport détaillé de 2014, l’association Global Witness estimait que le commerce de la pierre semi-précieuse en Birmanie représentait en réalité 31 milliards de dollars, soit la moitié du PIB.

La plupart de cette manne est accaparée par un très petit groupe de personnes, souvent des proches des militaires et des dirigeants d’armées rebelles.

La mainmise sur cette ressource alimente un conflit ethnique qui oppose l’armée birmane à l’insurrection kachin depuis 2011. Celle-ci se bat pour le contrôle des richesses locales. Elle a menacé cette semaine de se retirer du processus de paix pour protester contre une offensive, notamment aérienne, que mènerait l’armée birmane dans la région depuis plusieurs semaines.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.