Accéder au contenu principal
Malaisie

Malaisie: incarcération du leader d'un mouvement réformiste

Les manifestants ont réclamé le départ du Premier ministre Najib Abdul Razak lors du rassemblement de la coalition «Bersih» («propre») à Kuala Lumpur, le 19 novembre 2016.
Les manifestants ont réclamé le départ du Premier ministre Najib Abdul Razak lors du rassemblement de la coalition «Bersih» («propre») à Kuala Lumpur, le 19 novembre 2016. REUTERS/Edgar Su
Texte par : RFI Suivre
2 mn

En Malaisie, la grogne continue contre le gouvernement à Kuala Lumpur. Des groupes de défense des droits de l’homme ont dénoncé ce lundi 21 novembre la répression menée par les autorités à l’encontre des organisateurs de la manifestation de samedi. Plusieurs dizaines de milliers de personnes avaient alors exigé la démission du Premier ministre englué dans un vaste scandale de corruption.

Publicité

Le Premier ministre Najib Razak n’a visiblement pas digéré la mer de tee-shirts jaunes ce week-end dans les rues de Kuala Lumpur. Arrêté avec une douzaine de personnes, le leader de ce mouvement réformiste couleur canari et organisateur du rassemblement n’a pas été relâché.

Maria Chin Abdullah a été placée à l’isolement en vertu d’une loi sur la sécurité nationale, permettant de détenir une personne suspectée de terrorisme en dehors de tout cadre judiciaire.

Mais le problème, c'est que Maria Chin Abdullah n’a a priori rien à voir avec le terrorisme. Le leader de la coalition malaisienne pour des élections libres et équitables « Bersih » qui en malaisien veut dire « propre », ne fait que réclamer le départ du chef du gouvernement accusé de corruption dans le scandale du fonds souverain 1MDB.

Une affaire que tentent d’étouffer les autorités. Le Premier ministre a congédié l’an dernier le procureur général et fait fermer toutes les enquêtes. Un véritable tournant vers l’autocratie, selon les défenseurs des libertés, qui évoquent aujourd'hui « une nouvelle violation grave des droits fondamentaux ».

→ (Re) lire : Malaisie: une nouvelle loi sécuritaire inquiète les observateurs et l’opposition

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.