Philippines

Philippines: Leïla de Lima, la sénatrice qui gêne apparemment Duterte, arrêtée

La sénatrice philippine Leila de Lima, à Manille le 23 février 2017.
La sénatrice philippine Leila de Lima, à Manille le 23 février 2017. REUTERS/Romeo Ranoco
Texte par : RFI Suivre
5 mn

Aux Philippines, la principale opposante politique au président Duterte, la sénatrice Leïla de Lima, a été arrêtée et se retrouve derrière les barreaux. Elle est à l'origine de l'enquête sur les tueries extrajudiciaires liées à la guerre anti-drogue présidentielle qui a fait plus de 7 000 morts. Elle est désormais accusée d'avoir protégé des barons de la drogue.

Publicité

Avec notre correspondante à Manille,  Marianne Dardard

Leïla de Lima est-elle en train de faire les frais de sa croisade contre le président ? C'est elle qui avait lancé une enquête sur les tueries extrajudiciaires de la guerre anti-drogue. Elle a été destituée avec fracas.

Cela s'est passé juste après que Rodrigo Duterte l'a accusée de « coucherie » avec son chauffeur lié aux barons de la drogue. Des barons produisant de la drogue au sein même de la plus grande prison du pays, du temps où Leïla de Lima était ministre de la Justice. Autant dire un scandale d'Etat.

C'est également Leïla de Lima qui avait lancé une enquête, en 2009, sur les liens entre les « escadrons de la mort » de Davao et Rodrigo Duterte, alors maire de la ville. Ces derniers jours, la sénatrice est allée jusqu'à traiter le président de « tueur en série sociopathe ».

Auparavant, Rodrigo Duterte avait intimé à Leïa de Lima d'aller « se pendre ». D'autres hommes politiques avaient menacé de diffuser une vidéo - attribuée à Leïla de Lima - de ses ébats sexuels avec son chauffeur.

Entretemps, l'enquête parlementaire sur les tueries extrajudiciaires de la guerre anti-drogue a été close. Cette enquête pourrait reprendre après les révélations du chef présumé des escadrons de la mort de Davao, qui ces jours-ci accuse directement Rodrigo Duterte de l'avoir payé comme tueur à gages.

Pour sa part, l'ancienne ministre de la Justice est désormais accusée de trafic de drogue. Son arrestation a été très rapide, alors que la justice Philippine est connue pour sa lenteur, fait remarquer François-Xavier Bonnet, chercheur à Manille pour l'Irasec.

« Tout repose sur les témoignages de grands criminels qui sont enfermés dans une prison de haute sécurité, explique François-Xavier Bonnet. Quand Leïla de Lima était ministre de la Justice, elle a organisé plusieurs raids sur la prison et elle a démantelé tout un système de protection de ces personnages impliqués dans la drogue. Chacun de ces personnages-là ont un motif pour témoigner contre elle. L’ensemble des témoignages, ce sont ces criminels. »

Il y a quelques semaines, des documents ont fuité dans la presse, montrant qu'à la fin de leur témoignage, le ministre de la Justice les autorisait à avoir un régime un préférentiel et à pouvoir jouir de différents avantages

François-Xavier Bonnet, chercheur aux Philippines

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail