Afghanistan / terrorisme

Afghanistan: onze policiers tués par un collègue gagné à la cause des talibans

Soldats de l'armée nationale afghane dans la province du Helmand.
Soldats de l'armée nationale afghane dans la province du Helmand. REUTERS/Abdul Malik
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Un policier afghan lié aux talibans a retourné son arme contre ses collègues, tuant onze d'entre eux, à un point de contrôle dans le Helmand, la province du pavot où les insurgés talibans sont très implantés. La tuerie a eu lieu tard lundi 27 février 2017, alors que les policiers dormaient dans leur baraquement à Lashkar Gah, la capitale du Helmand, ont indiqué, ce mardi 28 février, des responsables de cette province instable du Sud.

Publicité

« Un policier lié aux talibans a tiré sur onze de ses collègues, les tuant tous », a indiqué un responsable provincial sous couvert de l'anonymat. « Il a ensuite fui la zone, emportant toutes les armes et munitions », a-t-il ajouté. Les talibans ont revendiqué cette attaque. Les corps ensanglantés des policiers jonchaient le sol, nombre d'entre eux abattus à bout portant, a indiqué un policier en poste à proximité.

Les attaques dites « de l'intérieur », dans lesquelles des policiers ou soldats afghans retournent leurs armes contre leurs collègues ou contre les troupes internationales, surviennent régulièrement dans le conflit afghan en cours depuis plus de quinze ans. La précédente attaque similaire d'ampleur, en septembre 2016, avait fait douze morts parmi les soldats d'une caserne, tués dans leur sommeil par deux de leurs camarades, à Kunduz, dans le nord du pays.

Les forces de sécurité afghanes, à la peine face à des talibans en pleine extension ne peuvent prévenir de telles attaques, d'autant qu'elles sont déjà fragilisées par des pertes record et des désertions massives.

Les forces américaines en Afghanistan réclament des renforts

Lashkar Gah, l'une des dernières zones sous contrôle gouvernemental dans le Helmand, a été la cible d'offensives répétées des talibans. Les talibans contrôlent désormais de fait dix des quatorze districts du Helmand. Les insurgés y prélèvent l'essentiel de leurs revenus grâce aux taxes imposées à la culture du pavot. Pendant des années, la province a été le tombeau des soldats américains et britanniques qui y ont perdu des centaines d'hommes.

Alors que la fin de l'hiver approche, les autorités redoutent un regain de violence après les échecs répétés de toute tentative de négociation avec les talibans. Les forces américaines en Afghanistan ont réclamé « quelques milliers d'hommes supplémentaires » pour faire face aux offensives et regagner le terrain perdu par l'armée afghane. Le Pentagone a notamment annoncé le déploiement de 300 Marines dans le Helmand au printemps, dans le cadre de l'opération de l'Otan « Resolute Support », de soutien aux forces gouvernementales.

(avec AFP)

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail