Philippines

Philippines: un groupe allié à l’organisation EI prend d’assaut une école

Des Combattants islamiques pour la liberté de Bangsamoro (BIFF) lors d’une réunion clandestine en août 2011, à Unsay, sur l’île de Mindanao.
Des Combattants islamiques pour la liberté de Bangsamoro (BIFF) lors d’une réunion clandestine en août 2011, à Unsay, sur l’île de Mindanao. AFP PHOTO / TED ALJIBE / FILES

Aux Philippines, quatre semaines après le début des affrontements à Marawi entre l'armée et le groupe Maute, allié de l'organisation EI, un autre groupe, lui aussi proche du groupe EI, a attaqué ce mercredi 21 juin une autre localité du sud. Le BIFF, en français les Combattants islamiques pour la liberté de Bangsamoro, a assiégé une école à plus d'une centaine de kilomètres de Marawi, près de la ville de Cotabato. Selon l'armée, au moins cinq adultes auraient été pris en otage, accusation rejetée par les terroristes du BIFF.

Publicité

Avec notre correspondante à Manille, Marianne Dardard

Entre 200 et 300 combattants ont attaqué une école de Pigcawayan, une ville de plus de 60 000 habitants. Le mode opératoire fait penser à l'attaque de Marawi par le groupe Maute. Mais Abu Misry Mama, porte-parole du BIFF, qui revendique l'assaut de ce mercredi matin, affirme dans les médias qu'il n'y a aucun lien avec Marawi, et qu'il s'agit d'une contre-offensive après d'incessants bombardements militaires.

Fondé en 2008, le BIFF, en français les Combattants islamiques pour la liberté de Bangsamoro, a officiellement exprimé son soutien à l'organisation Etat islamique dès 2014. Comme le groupe Maute, le BIFF est composé de membres dissidents de la principale force rebelle musulmane actuellement en négociation de paix avec le gouvernement. En revanche, le BIFF compte plus de membres que le groupe Maute.

Alors que l'armée philippine peine à reprendre le contrôle de Marawi, les autorités locales craignent que les attaques terroristes se propagent à d'autres endroits de Mindanao, la grande île méridionale de l'archipel des Philippines. Elles craignent aussi que d'autres jihadistes rejoignent les combats à Marawi. La Malaisie a annoncé avoir arrêté trois ressortissants, deux Indonésiens et un Malaisien, en partance pour le sud des Philippines.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail