Accéder au contenu principal
Japon

Japon: démission de la ministre de la Défense, un coup dur pour Shinzo Abe

Tomomi Inada a annoncé sa démission lors d'une conférence de presse à Tokyo, ce jeudi 28 juillet.
Tomomi Inada a annoncé sa démission lors d'une conférence de presse à Tokyo, ce jeudi 28 juillet. REUTERS/Kim Kyung-Hoon
Texte par : RFI Suivre
2 mn

La ministre japonaise de la Défense Tomomi Inada démissionne. Elle doit quitter le gouvernement après une affaire de dissimulation de rapports d'activité d'un contingent japonais déployé au Soudan dans le cadre d'une mission de la paix de l'ONU. C'est un nouveau coup dur pour le Premier ministre Shinzo Abe, au plus bas dans les sondages, accusé d'avoir accordé des faveurs à des amis nationalistes et qui voit ses chances de briguer un troisième mandat en 2018 compromises. Elle est la 6e ministre à quitter le gouvernement en raison d'un scandale.

Publicité

Avec notre correspondant à Tokyo, Frédéric Charles

Nationaliste révisionniste, protégée du ministre Shinzo Abe dont elle partage l’idéologie, la ministre de la Défense Tomomi Inada dément avoir dissimulé des rapports faisant état d’une aggravation de la situation au Soudan du Sud où étaient déployés des soldats japonais dans le cadre d’une opération de maintien de la paix de l’ONU.

La Constitution pacifiste interdit à l’armée japonaise de s’engager à l’étranger dans des conflits actifs. Cette affaire a déjà conduit à la démission le général Toshiya Okabe, le chef d’état-major des forces terrestres.

Le contingent japonais a quitté le Soudan du Sud à la fin mai et a compté jusqu’à 350 hommes, basés pendant cinq ans à Juba, la capitale de ce tout jeune Etat. Le Premier ministre Shinzo Abe cherche à développer le rôle de l’armée japonaise dans des opérations extérieures. En 2005, le Parlement a voté une loi réinterprétant la Constitution pacifiste. L’armée japonaise peut ainsi mener des opérations de sauvetage, escorter des employés de l’ONU et des coopérants humanitaires et venir en aide à un allié en difficulté.

Aujourd’hui, la popularité de Shinzo Abe est au plus bas, il est accusé de favoritisme. Il ne pourra pas mener son but ultime : réviser la Constitution pacifiste pour redonner au Japon le droit de belligérance.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.